Bédié - Gbagbo : Fortes pressions sur les deux hommes

En perspective de la présidentielle de 2020, les états-majors de Laurent Gbagbo et d’Henri Konan Bédié appellent à un rapprochement entre leurs deux leaders. Mais l’agenda politique des deux hommes semble être tout autre.

Les dés sont lancés et chaque parti politique met les bouchées doubles afin que la victoire au soir du dernier dimanche du mois d’octobre 2020 soit de son côté. Même si le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) tente de convaincre que sa plateforme « n’a pas de but électoraliste », il n’empêche qu’il multiplie les actions souterraines afin de rallier le maximum d’opposants à sa cause. Mais cela ne se fera pas sans sacrifices. Au même titre que le PDCI, ils lorgnent tous 2020.

Chacun voit midi à sa porte Entre Laurent Gbagbo, qui souhaite mener une dernière bataille électorale, et Henri Konan Bédié, qui cache de moins en moins ses ambitions pour 2020, se joue une bataille de contrôle de l’opposition. « Aucune rencontre n’est pour l’heure au programme entre Bédié et Gbagbo », confie une source proche de Laurent Gbagbo, ajoutant que ce ne sont pas les initiatives qui manquent. Mais Henri Konan Bédié, de bonne source, compte, au cours de son voyage du 9 juillet prochain dans le cadre de l’édition 2019 de la remise du prix international Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix, solliciter une rencontre avec Laurent Gbagbo à Bruxelles. L’un comme l’autre sont convaincus que 2020 est (à nouveau) leur heure et chacun souhaite avoir le soutien de l’autre en cas de second tour. Les deux partis, en attendant, préfèrent parler d’une même voix dans les débats politiques, notamment sur la recomposition de l’organe électoral.

Des sacrifices Ce rapprochement ne saurait se faire sans sacrifices. Le premier, pour Henri Konan Bédié, sera de lâcher son principal allié actuel, Pascal Affi N’Guessan. Ce dernier voit d’un mauvais œil les actions de go-betwen entre Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié et n’hésite pas à parler de son agacement à certains cadres du PDCI. Dans la même veine, Laurent Gbagbo, qui demeure peu réceptif à une alliance avec Guillaume Soro, pourrait mettre cette équation dans la balance avant d’envisager une coalition avec le PDCI. Pascal Afi N’Guessan et Guillaume Soro seraient ainsi isolés face aux trois grands partis que sont désormais le RHDP, le FPI et le PDCI. Une sorte de seconde mi-temps des élections de 2010 se peaufine à l’horizon, avec un changement de position des différents acteurs.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité