Élections locales : Le PDCI à la croisée des chemins

Le secrétariat exécutif du PDCI attend les membres du bureau politique à Daoukro.

Participer ou ne pas participer aux élections locales du 13 octobre ? Le débat s’est invité désormais au sein du PDCI. Le choix n’est pas aisé et le parti de Henri Konan Bédié, qui fait cavalier seul, joue gros.

La rupture avec le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) n’a pas conduit le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) dans les bras du premier venu. Basculant à souhait entre les deux tendances du Front populaire ivoirien (FPI), le PDCI, à en croire Jean-Louis Billon, « n’a aucun accord formel avec un autre parti ». Reprenant à son compte les revendications de l’opposition, notamment sur la révision de l’organe électoral, le PDCI laisse planer le doute sur sa participation au prochain scrutin.

Boycott ? Réuni à Daoukro le 18 septembre, le Secrétariat exécutif du PDCI-RDA n’a pas tranché la question de sa participation ou non aux prochaines élections. Entre les partisans du boycott et ceux qui souhaitent concourir, le Président Henri Konan Bédié n’a pas voulu trancher, préférant convoquer « en urgence une réunion du Bureau Politique du PDCI-RDA ». Elle devra se pencher sur « l’usage frauduleux » du logo du PDCI-RDA par les candidats du parti RHDP Unifié, de même que sur «  l’indiscipline caractérisée » de certains militants, candidats indépendants contre ses candidats du PDCI-RDA, avec le soutien affiché de certains cadres du parti. « Les débats sont en cours. Nous sommes à un tournant décisif et notre participation ou non ne sera pas sans conséquences. Ne pas participer, c’est donner un signal fort mais courir le risque de voir certains candidats désobéir à la direction, participer ne serait pas non plus sans risques », nous a soufflé un cadre de ce parti après cette réunion. Les enjeux sont grands et le choix cornélien. Henri Konan Bédié se donne du temps et pèse les conséquences fâcheuses, de même que les  avantages, de chacune des options. Selon des sources proches de Daoukro, la question des alliances avec des acteurs de l’opposition est encore sur la table. « Sauf que le PDCI n’est plus prêt à jouer les seconds rôles dans une nouvelle alliance au détriment de ses ambitions de 2020 », confie notre source, pour laquelle les élections à venir devraient permettre au PDCI de savoir sur qui compter à l’avenir.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/10/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité