Grégory Choplin : L’Ambassadeur ivoirien du Muay thaï

Cinq fois Champion du monde de boxe thaïlandaise, le Franco-ivoirien Grégory Choplin est une véritable attraction de la discipline outre-Atlantique. Installé à Miami (USA), le boxeur de 38 ans souhaite faire connaitre son sport en Côte d’Ivoire.

Art martial natif de Thaïlande, la boxe thaïlandaise, ou Muay thaï, est une discipline qui a du succès dans le monde entier et est classée en Occident parmi les boxes pieds - poings (BPP). La discipline a des adeptes en Côte d’Ivoire et la Fédération ivoirienne de Muay thaï, présidée par Arthur Bella Kroo, s’est lancée dans une politique de vulgarisation avec des champions ivoiriens comme Yves Roland Oly (Champion de Côte d’Ivoire, champion d’Afrique). L’Ivoirien Grégory Choplin, quintuple champion de monde de ce sport, veut apporter sa pierre à la promotion de la discipline en Côte d’Ivoire.

Vulgarisation  Ses premiers pas dans la boxe thaïlandaise,  Grégory Choplin les fait à l’âge de 13 ans, en 1993. « La boxe thaï avait en son temps une folle popularité en France si bien que j’ai décidé d’essayer. Et j’en suis tombé fou amoureux », avoue-t-il. Cet amour, il veut le partager avec les Ivoiriens. « Mon but aujourd’hui est de partager ce que la boxe thaï m’a donné avec les autres, afin de leur permettre de profiter des bienfaits de ce sport. Cela passe avant tout par une bonne organisation. Je voudrais que le Muay thaï se développe pleinement ici. Je suis persuadé qu’il existe en Côte d’Ivoire un immense vivier », estime Grégory, qui est convaincu que la boxe thaï révélera d’autres champions comme lui. Mais, pour réaliser ce grand rêve, le champion devra d’abord s’appuyer sur une bonne fédération et ensuite sur des structures bien organisées afin de bien communiquer sa passion au public ivoirien. « Je ne peux pas tout faire tout seul. J’ai besoin que les responsables ivoiriens m’aident en me faisant de bonnes propositions, de bons projets. Quant aux moyens et aux contacts, je me chargerai de les fournir », affirme-t-il, disant vouloir travailler de concert avec tous les acteurs de la discipline, notamment la Fédération, qui s’inscrit déjà dans sa vison. « Nous devons unir nos forces, car c’est ensemble que nous réussirons à positionner la boxe thaï, à l’instar d’autres disciplines sportives, en Côte d’Ivoire », conclut-il.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/10/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité