Football féminin : Nouvelle ère pour les Soudanaises

C’est un départ nouveau pour le football féminin soudanais qui veut aussi briller sur le continent.

Après des années d’interdiction, sous le régime d’Omar El-Béchir, le premier championnat de football féminin vient d’être lancé il y a quelques semaines au Soudan. Un grand pas vers l’émancipation des femmes par le ballon rond pour ce pays d’Afrique orientale en pleine transition vers un gouvernement civil.

Le football soudanais vient de franchir un nouveau cap, il y a quelques semaines, avec l’ouverture du championnat féminin. Une discipline qui est restée inexistante pour les femmes après l’adoption par le pays en 1983 de la loi islamique, dont les femmes ont été les plus grandes victimes. Pourtant, le Soudan, qui a adhéré à la Fédération internationale de football association (FIFA) en 1948, est un grand acteur du football africain, car cofondateur à Khartoum en 1957 de la Confédération africaine de football (CAF). Après la chute du président Omar El-Béchir, le 11 avril dernier, qui avait dirigé le pays d’une main de fer pendant 30 ans, un Conseil souverain a été instauré et installé en août dernier, avec pour mission d’organiser la transition vers un gouvernement civil et la mise en place d’une nouvelle Constitution.

Nouvelle ère C’est donc une nouvelle ère qui s’annonce pour le football féminin de ce pays et les nouvelles stars féminines du ballon rond sont désormais des modèles d’émancipation. « Nous sommes très heureuses de voir que le régime autoritaire laisse place à un gouvernement civil et que les droits des femmes vont enfin se concrétiser », a déclaré Orjuan Essam, du club de Takadi de Khartoum. Pour sa coéquipière Rayan Rajab, le championnat de football féminin est la meilleure chose qui soit arrivée au Soudan. Selon elle, cela montre que les femmes ne peuvent plus être réduites à élever les enfants et à effectuer des tâches ménagères. Comptant 21 clubs, ce championnat de football féminin attire peu à peu le public et les organisateurs espèrent dénicher des talents pour mettre en place une équipe nationale féminine capable de défendre partout les couleurs du pays. « J’espère devenir une joueuse professionnelle à l’étranger et revenir jouer pour le Soudan si je suis sélectionnée pour la prochaine Coupe du monde », rêve Rayan Rajab du club de Takadi de Khartoum. Un nouveau chantier s’ouvre donc pour le football féminin soudanais, qui se prépare déjà pour les prochaines échéances sportives sur le continent.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 06/08/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité