NISA 2021: Le cinÚma cÚlÚbrÚ au parfum de la COVID-19

AprŔs une premiŔre Údition en 2019 qui a connu un succŔs et pas des moindres, la Nuit ivoirienne du septiŔme art et de lĺaudiovisuel (NISA), prÚpare sa deuxiŔme Údition qui se tiendra en mars prochain Ó Abidjan. LĺidÚe reste la mŕme, valoriser le cinÚma ivoirien et ses acteurs dans le format du prestigieux Festival de Cannes.

Si le Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO) édition 2021 a été reporté à une date ultérieure pour des raisons liées à la pandémie mondiale du Coronavirus, en Côte d’Ivoire, la Nuit ivoirienne du septième art et de l’audiovisuel (NISA) va se charger à sa façon de récompenser les meilleurs acteurs ivoiriens qui se sont illustrés le mieux dans le cinéma ivoirien. Prévue pour se tenir en 2020, la deuxième édition aura lieu du 17 au 20 mars prochain à Abidjan. Pour la présidente de la Conférence des producteurs audiovisuels de Côte d’Ivoire (CPACI), Patricia Claude Kalou, ce concept novateur vise à distinguer les œuvres audiovisuelles et cinématographiques réalisées en langue française ainsi que leurs acteurs.

Mieux promouvoir le cinéma ivoirien « La première édition a été positive. Nous avons été agréablement surpris de voir un réel engouement de tout l’écosystème du cinéma et de l’audiovisuel. Ça a été l’occasion de mettre la lumière sur tous les acteurs du cinéma et de l’audiovisuel. Aujourd’hui, nous pouvons dire que cela a créé une saine émulation de talents dans le secteur avec des acteurs qui sont plus regardants sur la qualité de leur travail », confie Patricia Kalou, initiatrice de la NISA. Pour cette deuxième édition qui pointe déjà le bout du nez, c’est sous le signe de la résilience face à la COVID-19 qu’elle s’inscrira. « La crise sanitaire touche tous les domaines d’activités dans le monde. On s’adapte, on mobilise nos troupes pour atteindre nos objectifs. Le cinéma et l’audiovisuel sont obligés de continuer de vivre avec cette réalité en tenant compte bien évidemment des mesures barrières », explique-t-elle. Pour cette édition qui s’annonce, des innovations sont à compter. En plus des prix dans les différentes catégories (Meilleur réalisateur, Meilleur interprétations masculine et féminine, Meilleur scénario original, Meilleur montage, Meilleur film d’animation, Meilleur documentaire et série télévisée, le Prix d’honneur, le super prix NISA, le grand prix NISA d’Or, etc.), a cela il faut ajouter trois autre Prix souhaité par le comité d’organisation à savoir, le prix du meilleur long métrage, le prix du meilleur espoir et le prix du meilleur chef opérateur. Le jury s’attèle en ce moment, aux dires de la présidente Patricia Claude Kalou, à passer au tamis les sélectionnés afin de déterminer les meilleurs dans les catégories en compétitions.

Anthony NIAMKE

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 25/02/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité