ONAC-CI : Redynamiser le secteur cinÚmatographique

LĺOffice national du cinÚma de C˘te dĺIvoire (ONAC-CI) veut ŕtre plus proche des acteurs du secteur. Son nouveau Directeur, M. Pierre Douhou, veut sĺintÚresser aux difficultÚs liÚes Ó la production cinÚmatographique et chercher des solutions pour permettre au secteur dĺŕtre productif et plus rentable. Un objectif sur lequel sĺappesantira la structure en 2021.

Redynamiser le secteur cinématographique, c’est en quelque sorte le cheval de bataille de M. Pierre Douhou, nommé il y a quelques mois Directeur de l’Office national du cinéma de Côte d’Ivoire (ONAC-CI). Cet établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) a en charge l’organisation, l’encadrement et la promotion du cinéma en Côte d’Ivoire. Outre cela, il conduit et anime la politique nationale en matière de cinéma, soutient l’industrie cinématographique au plan national, promeut la coopération internationale, gère les politiques de soutien à la production, contribue à la diffusion et à la promotion des films, etc. Pour l’année 2021, l’ONAC-CI veut se donner les moyens de permettre aux cinéastes ivoiriens de bien vivre de leur art.

Relance et redynamisation « L’ONAC-CI est la maison de tous les acteurs du cinéma ivoirien. Nous devons tous regarder dans la même direction, avec des motivations qui sortiront le septième art des blocages », explique M. Douhou. Selon lui, l’ONAC-CI a des chantiers prioritaires pour soutenir la création cinématographique, dont la mise en place d’un musée du cinéma, pour pérenniser et valoriser le patrimoine ivoirien. « Nous souhaitons mettre en place différentes stratégies en vue de créer la mémoire du cinéma ivoirien, à travers l’acquisition d’anciens films, d’anciens matériels qui ont servi à la production cinématographique nationale ». D’ailleurs, d’après une confidence, une acquisition de matériel cinématographique de pointe est prévue pour très bientôt. Ce matériel, d’un montant de plus d’un milliard de francs CFA est destiné à être mis à la disposition des créateurs afin de faciliter la production. Déjà une première partie a été remise par le ministère de la Culture et de la francophonie il y a quelques semaines. Cependant, pour le cinéaste ivoirien Guy Kalou, si cet art est en souffrance et ne connait pas la même renommée que le Nigéria, c’est parce qu’il y a un manque criard d’investissements dans le secteur, afin de mettre en place une économie cinématographique locale et plus tard une industrie. « Tant que cela ne sera pas fait, le cinéma ivoirien restera dans sa léthargie ». Mais le directeur de l’ONAC-CI est optimiste : la Côte d’Ivoire peut rattraper le retard qu’elle accuse sur certains pays africains dans le domaine cinématographique.

Anthony NIAMKE

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 25/02/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité