Les enseignants lâchent du leste

Au nom de l’intersyndicale des enseignants du préscolaire et primaire, David Bli Blé invite le gouvernement à lever les sanctions.

L’intersyndicale des enseignants du primaire a décidé de suspendre la grève, dans le cadre du bras de fer qu’il a engagé avec le gouvernement sur les cours du mercredi depuis la rentrée 2016.

L ’intersyndicale des enseignants du primaire appelle les enseignants et les enseignantes à assurer les cours du mercredi jusqu’au règlement définitif de cette question et invite le gouvernement à lever toutes les sanctions prises contre les enseignants pour un dialogue sain et constructif ». Telle est la substance d’un communiqué lu sur les antennes de la chaîne RTI1, dans la soirée du mardi 22 novembre, par David Bli Blé, le porte-parole de l’intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire (ISEPP-CI). Les enseignants, membres de cette formation syndicale observaient des mouvements de grèves depuis ces dernières semaines, pour protester contre la décision prise par le gouvernement d’intégrer, à partir de la rentrée 2016, la journée du mercredi dans la semaine de travail à l’école primaire. À cet effet, un arrêté ministériel pris à la veille de la rentrée avait rendu obligatoire et gratuit les cours du mercredi matin à l’école primaire et secondaire. Une décision qui avait entraîné la protestation des instituteurs. Cela dit, le porte-parole de l’inter- syndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’Ivoire (ISEPP-CI) qui invite le gouvernement à lever toutes les sanctions prises contre les enseignants pour un dialogue sain et constructif a, toutefois, pris le soin de rappeler quelques points de la discussion entamée avec le ministère de l’éducation nationale. Il s’agit de la définition consensuelle des termes de référence et du chronogramme de travail. Les enseignants annoncent à cet effet la tenue d’un séminaire ce jeudi 24 novembre 2016, pour une durée de trois jours. À cette occasion, les points figurants dans le préavis de grève seront examinés en vue de solutions adéquates. Outre le mécontentement autour des cours du mercredi, le paiement des soldes des arriérés, le retrait de l’ordonnance du 4 avril 2012 portant organisation des régimes des pensions gérés par l’IPS CGRAE (Caisse générale de retraite des agents de l’État) sont, entre autres, des questions soulevées par les enseignants. Pour l’heure, le ministère de l’Éducation nationale n’a pas changé de position, le ton ferme pris dès le départ par la ministre Kandia Camara reste le même.

Benoît Tanoh

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 13/12/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Pacte mondial sur la migration, et après ?

Le Pacte mondial sur la migration des Nations unies, qui a soulevé les critiques des nationalistes et des partisans de la fermeture des frontières, a été formellement appro...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité