Rentrée scolaire 2020 - 2021 : De grands bouleversements

Les élèves feront cette année deux semestres.

Comme l’on pouvait s’y attendre, la grande réunion de rentrée scolaire 2020 - 2021 s’est tenue cette année sur fond de coronavirus.

La grande réunion de rentrée scolaire 2020 - 2021 s’est tenue le lundi 7 septembre au lycée d’excellence Alassane Ouattara de l’amitié ivoiro-chinoise de Grand-Bassam. Au centre de cette rencontre solennelle, le découpage de cette année. Selon Kandia Camara, ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, la réouverture des classes ce lundi 14 septembre interviendra dans un contexte sensible. Un contexte qui nécessite « une réadaptation de nos comportements ». Cette année scolaire sera déclinée en semestres et non en trimestres. Soit  du 14 septembre 2020 au 21 janvier 2021 et du 25 janvier 2021 au 04 juin 2021. Avec la fin de l’année prévue pour le 31 juillet. Coronavirus oblige. « Ce n’est pas nouveau pour nous. Ce qui nous importe, c’est qu’on nous laisse le temps de terminer nos programmes scolaires », analyse Ekoun Kouassi, Secrétaire général du Syndicat national des enseignants du second degré (SYNESCI). « Ce n’est pas un contexte comme les autres. L’essentiel est que les enfants parviennent à apprendre dans les meilleures conditions », ajoute Edouard Aka, Président de l’Union nationale des parents d'élèves et étudiants (UNAPECI).

Encadreurs Sur ce plan, Kandia Camara a pensé à tout. Notamment, à « une remise à niveau des élèves pendant les 8 premières semaines ». À cela s’ajoutent la redynamisation et le contrôle soutenu des conseils d’enseignement et des unités pédagogiques. Avec le réaménagement des programmes éducatifs, Kandia Camara annonce le recrutement exceptionnel de 1 211 conseillers pédagogiques de lycée, du préscolaire et du primaire et celui de 400 encadreurs pédagogiques du secondaire. Une politique applaudie par les enseignants. Pour Edouard Aka, il faut surtout continuer à protéger les enfants, vu que la pandémie continue. Mais, surtout, il faut que le gouvernement songe à les doter de masques, car les parents ne pourront pas le faire toute l’année. Kandia Camara a un tout autre plan, « L’installation de comités de veille Covid-19, au sein des établissements scolaires ». Il faudra également compter avec l’activation des clubs de santé. Le respect des consignes, le port obligatoire des masques, l’installation de dispositifs de lavage des mains, etc., seront aussi de la partie. Karamako Traoré, Secrétaire général du Comité des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (Ceeci), y voit une assurance. « Nous allons de toute évidence vivre avec ce virus. Nous avons été surpris pendant l’année écoulée. Mais on est maintenant préparés ».

Raphaël TANOH

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 17/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité