Sécurité Privée: « Certaines multinationales nous imposent des prix en deçà du Smig» (André Sérikpa)

Le président de l’Union patronale des entreprises privées de sécurité et de transport de fonds, (UPESP – CI), André Sérikpa accusent des multinationales de leur imposer des bases tarifaires qui les obligent à ne pas pouvoir respecter le Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) imposé par l’Etat de Côte d’Ivoire, qui est de 60.000 fcfa.

Dénonçant ces « mauvaises pratiques », André Sérikpa affirme que  « 70% de (leurs) clients refusent de s’aligner sur la décision du chef de l’Etat et (leur) imposent des prix en dessous ; d’où les difficultés des employeurs du secteur  à respecter les lois sociales ainsi que la convention interprofessionnelle ».

Le président de l’UPESP-CI, affirme  qu’ « en tenant compte  du transport  dans le district d’Abidjan, normalement un agent de sécurité devrait toucher entre 85.000 fcfa et  90.000 fcfa ».

« Les employeurs du secteur sont de bonne foi, mais nous butons contre les mauvaises pratiques de certaines multinationales  qui nous imposent des bases tarifaires ; surtout les sociétés des nationaux qui subissent sans aucune réaction du gouvernement » déplore M Séripka.

A l’entendre, cette corporation serait laissée pour compte. André Sérikpa regrette en effet qu’il n’y ait pas un «  mécanisme de  collaboration véritable pour asseoir une politique sécuritaire d’un commun accord » avec l’Etat.

«  Notre secteur devrait bénéficier d’une subvention de l’Etat comme les autres corps de métier, mais ces entreprises aujourd’hui aux mains des nationaux à 80% connaissent une véritable difficulté malgré la mission noble assignée à elle par l’Etat lui- même » déplore-il.

Aux dires de M Séripka, les sociétés privées de sécurité apportent « une contribution significative » à l’Etat de Côte d’Ivoire « dans sa politique et phase de l’émergence à l’horizon 2020 ». Une thèse  qu’il justifie par « les milliers » d’emplois et les « milliards »versés pour l’impôt et à la Caisse nationale de la prévoyance sociale (Cnps). 

 

Michèle Irié avec Tony Nahounoux

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 20/02/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

2020 et alors ?  

Alors que s’égrènent les derniers jours de l’année 2019 et que pointent à l’horizon,  les premières lueurs du très attendu 2020, o...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité