Journée mondiale de l'alimentation: la faim «zéro» en Afrique est possible

Placé sous le thème « la faim zéro en 2030 est possible», l’édition 2018 de la journée mondiale de l’alimentation s’est donné pour objectif d’éradiquer la faim et tout ce qui tourne autour de ce fléau.

Selon les chiffres de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le nombre de personnes privées de nourriture de façon chronique était près de 821 millions en 2017, contre 804 millions l'année précédente dans le monde. En Afrique centrale et de l’occidentale, environ 98,9 millions de personnes sont sous-alimentées. A ce problème d’alimentation s’ajoute, celui de  l'obésité qui est un problème global de santé qui a presque triplé dans le monde depuis 1975, selon l’Organisation mondiale de la santé(OMS). En Afrique, ce taux  augmente rapidement, notamment dans les zones urbaines. Le Directeur général de Nestlé région Afrique centrale et de occidentale M. Rémy Ejel, s’exprimant à cette occasion a déclaré que des solutions existent et qu’il faut juste que les acteurs travaillent ensemble pour « chasser » ce mal  dans nos sociétés.  A travers ses marques bien connues telles que Maggi, Milo et Nido, l’usine agro-alimentaire contribue à cet effort. En 2017, elle a vendu 67 milliards de portions d’aliments fortifiés, dont la plupart était de petites portions d’aliments et boissons à des prix abordables. En collaborant avec des partenaires indépendants tels que Fair Labor Association, le Plan Cacao Nestlé en Côte d'Ivoire et au Ghana aide les agriculteurs à améliorer leur vie en augmentant leur rentabilité à travers des programmes de formation et en s'attaquant à des problèmes tels que le travail des enfants, l’inégalité de genre et les mauvaises conditions sociales. « L’intégration de l’éducation nutritionnelle dans les programmes scolaires, le renforcement des connaissances des parents en matière de santé et l’inclusion d’informations nutritionnelles faciles à comprendre sur les emballages sont des moyens simples d’aider les familles à adopter un régime alimentaire plus sain » a ajouté le DG Rémy.

Poursuivant,  M. Ejel a exhorté les gouvernements à créer un environnement propice à un système alimentaire sain et durable en mettant en place des cadres réglementaires et stratégiques adéquats. Aux  entreprises alimentaires, ils  doivent augmenter la valeur nutritive de leurs produits en augmentant la teneur en vitamines et en minéraux, en les améliorant pour y inclure davantage de fruits et de légumes, en encourageant des choix alimentaires nutritifs à travers leurs relations étroites avec les consommateurs et en adoptant des pratiques de marketing responsables, telles que la politique de Nestlé sur la communication marketing adressée aux enfants. Quant aux  détaillants, ils doivent également rendre les aliments plus sains, plus visibles et plus attrayants au point de vente et réduire les achats impulsifs d'aliments riches en sel, en graisses et en sucre.

 

Marie-Brigitte KOMONDI

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du //01/01/1967
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’Afrique a-t-elle tourné le dos aux putschs ?

Les coups d’État peuvent-il encore prospérer en Afrique ? Si l’armée zimbabwéenne a obtenu par force la démission de Robert Mugabe en 2017, les arch...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink panel bypass shell wso shell evden-eve-nakliyat hacklink satış hacklink paykasa hacklink hacklink satış hacklink panel hacklink al hacklink satis hacklink hacklink Google film izle porno porno izle porno seyret seks hikayeleri evden eve nakliyat istanbul evden eve nakliyat nakliyat nakliye