Front social : Les fonctionnaires agitent la menace d’une nouvelle grève

Après un mois de négociations, les syndicats de fonctionnaires ne sont toujours pas satisfaits.

Malgré une période d’accalmie marquée par des négociations entre le gouvernement et la Plateforme, la crise semble loin d’être réglée. Le bras de fer pourrait reprendre, a annoncé Zadi Gnagna, président de la structure des fonctionnaires, lors d’une conférence de presse tenue le 15 avril.

Début février, la grève déclenchée quelques semaines auparavant avait connu une suspension afin de permettre l’ouverture du dialogue. Après deux semaines d’échanges (du 13 au 27 mars) entre le Comité national de trêve sociale dans le service public (CNTSSP), et la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d’Ivoire, la pomme de discorde demeure, alors qu’approche la date symbolique du 1er mai, fête du travail.

On joue le calendrier Dernier point clé de la revendication des fonctionnaires, le paiement intégral du stock des arriérés, qui s’élève à 249,6 milliards de francs CFA, pourrait déclencher de nouvelles hostilités. Selon le président de la Plateforme, Zadi Gnagna, là où les travailleurs proposent un paiement sur dix mois, le CNTSSP propose plutôt un programme immobilier au profit des fonctionnaires. « Cette proposition pose plus de problèmes qu’elle n’apporte de solutions », a-t-il indiqué le samedi 15 avril, lors d’une conférence de presse, annonçant pour ce mois d’avril une assemblée gé nérale qui devra se prononcer sur la reprise ou non de la grève. Au niveau du gouvernement, on attend surement la date du 1er mai afin de trancher définitivement cette question, indiquent les observateurs.

Suspicions Désormais scindés en deux groupes, les leaders de la Plateforme ne parlent plus le même langage. Accusé Pacôme Attaby, de la Coordination des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire (CESDCI) d’avoir « trahi la lutte», Zadi Gnagna répond que M. Attaby et ses camarades ont un agenda caché. « Notre grève de janvier a dû entraîner un ensemble d’aspirations qui se sont plaquées sur le mouvement et qui n’étaient pas une aspiration syndicale », a-t-il lancé à l’encontre de ces derniers, dans une allusion à peine voilée au fait qu’ils feraient le jeu d’autres personnes. Si la tendance Pacôme Attaby a lancé, sans succès, un mouvement de grève au début du mois d’avril, elle ne compte pas non plus baisser les bras pour la suite de la lutte, avertissent ses animateurs

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 08/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel