La fièvre de l'After Work débarque à Abidjan

Avec les After work, les travailleurs Abidjanais épousent l’air du temps

Petit à petit et comme un effet de mode, la fièvre de l'after work saisit les travailleurs abidjanais. Au menu, des échanges, de la distraction, et parfois des occasions d’affaires.

« J’ai un after work à 18 heures ». Cette phrase revient régulièrement dans les conversations des Abidjanais. Compromis idéal pour ceux qui désirent faire une petite fête durant la semaine, sans avoir la gueule de bois le lendemain matin au bureau, les after work, littéralement « après le travail », sont des rencontres au sortir du bureau, avec un programme qui finit parfois très tard. Ce concept lancé avec succès en Angleterre puis aux États-Unis, au début des années 2000, débarque à Abidjan.

 Déstresser Si en occident l'After work, qui se déroule généralement en milieu de semaine (mercredi et jeudi) de 19h à 1h du matin, représente une bouffée d’oxygène pour achever la semaine et entamer le week-end, à Abidjan, les choses sont différentes. « Le vendredi est le jour idéal pour l'after work, car ce jour marque le début du week-end », explique Yves-Mathieu Zougnon, employé de banque et adepte de ces sorties. Ainsi, à partir de 17 heures et ce jusqu’à minuit, certains espaces branchés de la capitale économique sont pris d’assaut par les « afterworkers ». Entre amis ou collègues de bureau, on discute de longues heures de tous les sujets autour d’un verre ou d’un repas. « De véritables moments pour déstresser et partager des expériences », explique Ange-Stéphanie Konaté, assistante marketing.

 Business au rendez-vous Plusieurs établissements de loisirs ont récemment vu le jour pour promouvoir ce concept, obligeant les autres à un réaménagement de programme. Dans la commune de Cocody, lieux par excellence de ces retrouvailles, avec la Zone 4, les espaces appelés « plein air » et des « caves » offrent des soirées spéciales avec orchestre. Une aubaine pour attirer de nouveaux clients en dehors du week-end. Fabrice Emile Sery, dit « Fabio Manageur », tenancier de l’un de ces espaces dans le quartier de la Riviera Palmeraie, confie  que depuis quelques années, ce concept lui a permis de faire des profits considérables. Mais au-delà du défoulement, l'after work favorise des rencontres professionnelles et constitue une aubaine pour les carnets d’adresses.

 

Anthony Niamké

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité