Youssouf Soumahoro : La question des ordures concerne dabord les Ivoiriens | Journal d'Abidjan

Youssouf Soumahoro : La question des ordures concerne dabord les Ivoiriens

Dans cet entretien, Dr Youssouf Soumahoro, Prsident de lAssociation des socits de collecte dordures mnagres (ASCOM), fait le point sur leurs activits et expose ses propositions. Quelles sont les difficults auxquelles votre filire est confronte aujourdhui ?

Il y a le financement, une étape importante pour nous. Tant que ça ne sera pas fait, les opérateurs ne pourront pas être à leur efficacité maximum. À côté de cela, il y a le problème des infrastructures, qui rend la collecte dans le district d’Abidjan, difficile. Enfin, il y a les contrats des opérateurs, qui doivent être prolongés.

Pensez-vous être toujours en mesure d’assurer le ramassage des ordures dans la capitale économique ?

Oui. Nous le faisons. Nous sommes aujourd’hui une cinquantaine d’entreprises qui vivent plus ou moins bien de cette activité. Nous avons proposé d’organiser les opérateurs locaux en trois grands groupements d’intérêt économique (GIE), qui couvriraient ces trois zones d’Abidjan. Nous sommes entrés en contact avec les banques, qui ont accepté de nous accompagner pour le renouvellement de nos parcs autos. Certains collecteurs ont parfois des difficultés, mais il ne faut pas en changer pour autant. Il faut au contraire à les renforcer. Nous avons fait d’énormes sacrifices pour le pays et nous continuerons. Le gouvernement peut nous faire confiance. Nous n’avons jamais fait grève. Mais l’État doit participer à notre encadrement.

Un opérateur étranger été choisi pour la gestion des ordures ménagères à Abidjan. Auriez-vous aimé assurer cela vous-même?

La question des ordures en Côte d’Ivoire concerne en premier lieu les Ivoiriens. Au Ghana, c’est un groupe national qui les gère et aujourd’hui ce pays est un modèle en termes de propreté. Cela est né d’une volonté politique d’accompagner le secteur. Que ce soit une structure américaine, européenne ou asiatique, il faut comprendre qu’il y a de la compétence ici. Nous avons des ingénieurs qualifiés. Mais nous sommes prêts à travailler avec tout le monde.  

La fermeture de la décharge d’Akouédo est pour cette année. Sera-ce la bonne cette fois-ci?

La décharge est dépassée aujourd’hui et nous pensons que cette fois-ci sera la bonne. Mais il faut que les centres d’enfouissement technique soient prêts à prendre le relais.

Depuis le début de l’opération « Grand Ménage », quelle est votre implication ?

Les entreprises de collecte d’ordures jouent pleinement leur rôle. Nous continuons de ramasser les ordures correctement. Et, vous le voyez, les rues sont propres. C’est une politique que nous accompagnons et que nous saluons

Interview réalisée par Raphaël Tanoh

Mise en exergue

« Nous n’avons jamais fait grève. Mais l’État doit participer à notre encadrement ».

LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 09/08/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle gnration

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité