Eau potable : un défi titanesque

L’accès à l’eau potable pour tous est loin d’être une réalité à trois ans de l’émergence

Avec des coupures intempestives et un difficile accès à l’eau potable dans certaines localités, la Côte d’Ivoire a encore du chemin à faire pour satisfaire les besoins de ses populations. Pourtant, le mars 22 mars, elle célébrait la Journée mondiale de l’eau.

Alors que les réflexions se poursuivent sur la problématique des « eaux usées », dans le cadre de la célébration internationale de la Journée mondiale de l’eau, le 22 mars 2017, la Côte d’Ivoire est encore en proie à des difficultés liées à l’accès à cette source de vie. Une situation qui met à rude épreuve les populations, tant en milieu urbain que dans les zones rurales.

 

Investissements en cours Les récentes coupures intempestives d’eau dans certains quartiers et communes du District d’Abidjan, notamment à Yopougon, qui seraient dues selon les autorités à la vétusté des installations, ont rappelé aux Abidjanais que le temps de l’émergence n’était pas encore arrivé. Si l’objectif du gouvernement est de porter, d’ici à 2020, le taux de couverture à 82,5% en moyenne, avec 60% pour les zones rurales et 85% pour le milieu urbain, beaucoup reste à faire pour satisfaire les besoins. Pour y arriver, la mise en œuvre de ce programme, consigné dans le Plan national de développement (PND) 2016- 2020, nécessitera un financement de 260 milliards de francs CFA, dont 68 milliards consacrés à l’hydraulique rurale. C’est dans ce sens que l’ex-Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, aujourd’hui vice-président, déclarait en novembre 2016, lors de l’ouverture du 7èmeForum international sur l’accès à l’eau potable, qu’il s’agirait de ramener le taux de panne des Pompes à motricité humaine (PMH) à moins de 10% au niveau national. Difficile d’y arriver au vu de l’insuffisance des infrastructures, qui se traduit par un déficit de production d’environ 250 000 m3/jour, dont 100 000 m3/jour pour la seule ville d’Abidjan, qui représente 70% de la consommation nationale. En outre, 163 unités de traitement sur 437, soit 37%, ont atteint leur niveau de saturation, occasionnant une certaine sur-exploitation des 274 autres unités qui pourraient connaître la même situation. Mais l’aide de la Chine, qui a octroyé le 6 mars 2017, 50 milliards de francs CFA à travers sa banque « Eximbank », pourrait renforcer le système d’alimentation en eau potable d’Abidjan et des villes environnantes.

 

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 10/01/2019
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’Afrique a-t-elle tourné le dos aux putschs ?

Les coups d’État peuvent-il encore prospérer en Afrique ? Si l’armée zimbabwéenne a obtenu par force la démission de Robert Mugabe en 2017, les arch...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink panel bypass shell wso shell evden-eve-nakliyat hacklink satış hacklink paykasa hacklink hacklink satış hacklink panel hacklink al hacklink satis hacklink hacklink Google film izle porno porno izle porno seyret seks hikayeleri evden eve nakliyat istanbul evden eve nakliyat nakliyat nakliye