Yopougon:mise en service des comités d'alertes précoces

Tout développement harmonieux ne peut se faire que dans un environnement apaisé, a-t-on coutume de dire. Le Conseil municipal de Yopougon avec à sa tête le maire Koné Kafana a fait sien cet adage. Hier à la salle de mariage de la mairie de ladite commune, il a procédé à la mise en route de  comités d’alertes précoces (CAP). 35 au total, soit un comité par zone selon le découpage de la Commission vie communautaire, associative et cohésion sociale, ces comités sont présidés par des chefs communautaires. Des hommes et femmes choisis principalement sur la base de leur crédibilité, leur influence dans leur zone de résidence mais surtout de leur volonté de se mettre au service de leur communauté. « Ce sont essentiellement pour la construction de la cohésion sociale et d’un environnement de paix, et la mise en œuvre concrète de la gestion participative dans la commune, faire ensemble, construire ensemble notre commune », a décliné le premier magistrat de la commune Koné Kafana. Il se prononçait sur les deux exigences qui justifient la mise en route de ces (CAP). Selon le maire, Koné Kafana, la gestion des crises, des conflits, des émeutes soudaines, des psychoses autres violences, qui émaillent l’évolution de la société, est une question récurrente qui a des répercussions négatives sur toutes les activités publiques et privées. « Le système des alertes précoces permettra de déceler les mésententes, les incompréhensions, les conflits dans nos quartiers, dans nos gares routières, dans nos marchés et nous permettront d’agir à temps avec efficacité, et bien souvent par le dialogue et des mesures préventives afin de préserver la paix et la tranquillité », a expliqué Koné Kafana. Qui a exhorté les présidents des CAP à faire valoir leur esprit d’initiative, de créativité, de responsabilité et surtout à développer une grande capacité d’écoute. « Votre mission dans nos quartiers est très importante et conformément à votre feuille de route, c’est une mission d’ambassadeur de la paix et de la cohésion sociale entre les voisins, entre les communautés. C’est également une mission de médiateur qui par la sagesse et le grand sens de l’écoute, peut dissiper bien des mésententes qui peuvent se déclencher en conflits ingérables et destructeurs », a-t-il rappelé. Et d’ajouter : « c’est d’être les avocats défenseurs des infrastructures et des espaces publics de la commune afin d’inculquer le civisme aux populations ». Une mission dont les différentes équipes semblent avoir pris la pleine mesure. Selon le porte-parole des CAP, Ezan Blaise, les CAP joueront le rôle d’amortisseur social, de médiation d’alerte de l’autorité communale avec cette capacité d’anticiper. « Nous sommes conscients de la tâche qui nous attend et nous nous sommes engagés à être à la hauteur de la confiance placée en nous. Soyez rassurer nous travaillerons sans relâche pour atteindre les objectifs définis pour le bonheur de tout Yopougon », a-t-il dit.

S/Com

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 19/04/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Libérez la parole !

Libérez la parole ! La parole libère, dit l’adage, et, de plus en plus, les Ivoiriens la demandent. Non pas seulement sur les réseaux sociaux ou dans les bureaux et ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité