Après plusieurs mois de salaires impayés : Les balayeuses prennent la rue en otage

Elles sont, chaque jour, dans toutes les rues d’Abidjan, sous le soleil, les femmes balayeuses.

Elles sont, chaque jour, dans toutes les rues d’Abidjan, sous le soleil, les femmes balayeuses. Qui assurent, en aval, dans l’anonymat, la mise en œuvre de la politique de la salubrité et de l’assainissement du gouvernement. Et pourtant, leur situation n’a rien de reluisant, racontent-elles, souvent.

Cette fois, elles ont décidé de briser la loi de l’omerta, en prenant les rues en otage, pour réclamer leur dû qui se chiffre à plusieurs mois de salaires. C’est l’ambiance qui a prévalu, hier, au Plateau. Ces femmes sont de tous les âges, venues des différentes communes d’Abidjan pour lancer leur cri du cœur, à travers cette marche.

Point de départ, le Cercle du rail d’où elles faisaient procession vers le cœur du Plateau, pancartes à la main. « Monsieur le président de la République, venez nous sauvez. Nous mourons de faim». Pouvait-on lire sur ces pancartes. « Notre message s’adresse au président de la République et aux ministères compétents en la matière. Les femmes meurent», a laissé entendre Gnéhi Emma, porte-parole de l’Union des femmes balayeuses d’Abidjan.

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel