Trafic d’espèces protégées : Un trafiquant majeur d’écailles de pangolin arrêté

Plus de 150 kg d’écailles de pangolins ; tel est le poids total saisi par les autorités ivoiriennes avec l’appui technique du projet EAGLE-Côte d’Ivoire vendredi 19 octobre 2018 au Dokui, un situé au quartier nord d’Abidjan.

Un trafiquant majeur spécialisé dans le trafic illicite d’écailles de pangolins vient d’être mis aux arrêts vendredi 19 octobre dernier à Abidjan. Il avait en sa possession plus de 150 kg d’écailles de pangolins. L'opération d’arrestation a été menée par l’Unité de lutte Contre la criminalité Transnationale organisée (UCT) avec l’appui technique du projet EAGLE-Côte d’Ivoire, projet spécialisé dans la lutte contre le trafic d’espèces protégées et qui aide le gouvernement dans la lutte contre la criminalité faunique et la mise en application effective des lois sur les espèces protégées dans le pays. Attiré par le gain facile, le trafiquant incitait des braconniers à abattre de manière massive des pangolins en vue de mettre à sa disposition des écailles qu’il écoule illégalement vers le marché asiatique. Le trafiquant était impliqué dans les arrestations de juillet 2017 en contribuant à hauteur 600kg dans les 3000kg qui avaient fait l’objet de saisie avec le réseau de Yao Kouassi Sébastien démantelé par l’UCT avec l’assistance technique de EAGLE-Côte d’Ivoire. Il est également hauteur de plusieurs ventes de kilogrammes d’écailles de pangolin à des gros trafiquants internationaux chinois présents dans le pays.

 

Le pangolin est classé espèce sauvage intégralement protégée en danger d’extinction à la suite de la COP CITES 2016. Pourtant, l’on continue son sur-braconnage. En janvier 2017, plus de 5 tonnes d’écailles saisies au Cameroun avec l’assistante technique de l’ONG LAGA, la représentation locale du réseau EAGLE. Le 5 septembre 2018, ce sont plus de 8 tonnes saisies au Vietnamien, une cargaison qui provenait du Nigeria, le principal pôle d’attraction du trafic. Mais la Côte d’Ivoire fait partie également des pays d’Afrique de l’Ouest où le trafic d’écailles de pangolin bat son plein. En témoigne plusieurs saisies d’écailles de pangolin au cours de ces dernières années dans le pays. 3 tonnes et 578 kg du même animal avaient été saisis respectivement en juillet 2017 et en janvier 2018 où d’ailleurs trois ressortissants asiatiques notamment un chinois, et deux vietnamiens ont été arrêtés dans une vaste opération lancée par l’UCT avec l’appui technique du projet EAGLE-Côte d’Ivoire.

Ces résultats montrent que le gouvernement intensifie ses efforts pour éradiquer le trafic d’espèces protégées et faire appliquer la loi faunique. Transféré au parquet d’Abidjan ce mercredi 24 octobre 2018, le trafiquant risque 12 mois de prison ferme s’il est reconnu coupable. 12 mois maximum de peine de prison et assortie d’une amende allant de 3000 à 300.000 Francs CFA si l’on se réfère à l’article N°65-255 du 4 août 1965 relatif à la protection de la faune et à l’exercice de la chasse.  Une peine insignifiante si l’on compare la loi faunique ivoirienne à des pays comme le Cameroun, le Congo et la Guinée Conakry qui ont des peines alourdies à 5 ans de prison ferme avec des amendes conséquentes et prison à vie au Kenya. Mais la loi faunique actuelle est en révision, et devra connaitre un alourdissement des peines de prison et des amendes très prochainement.

 

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 08/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel