La saint-valentin à l’ivoirienne

Des programmes spéciaux proposés attirent les amoureux, le temps d’une journée ou d’une soirée.

Le 14 février est le moment le plus attendu de l’année par les amoureux. Alors qu’elle était quasi inconnue il y a deux décennies en Côte d’Ivoire, cette date est désormais inscrite à l’agenda des événements à célébrer

D’origine médiévale, la fête de la Saint-Valentin est originaire d’Angleterre. Symbolisée par l’offrande de roses rouges et l’échange de cadeaux, elle a traversé les siècles pour devenir, partout dans le monde, la fête des amoureux ou de l’amour. Y compris en Côte d’Ivoire, depuis qu’une radio privée a eu l’idée d’en faire la promotion en 1995.

À l’approche de la date, les vitrines des boutiques d’Abidjan s’emplissent de robes de soirées, costumes, bijoux et autres accessoires aux couleurs vives. De quoi se faire beau et belle et offrir des cadeaux appréciés par l’être aimé. Les Ivoiriens célèbrent donc désormais cette fête et entendent bien la marquer d’une empreinte particulière. « Je compte passer la soirée avec ma chérie le 14 février. À la fin je lui ferai ma demande en mariage. Bien entendu, ce sera une surprise ! », explique R., un jeune cadre dont l’anonymat est préservé pour des raisons évidentes.

Au programme Les offres de soirées et événements « spécial Saint-Valentin » se multiplient et les commerçants proposent eux aussi des produits adaptés à la circonstance : fleurs, cœurs rouges, chocolat, et même des peluches ! « Les cadeaux sont une manière de se prouver une nouvelle fois notre amour, qu’on le fasse habituellement ou pas. Les cadeaux à ne pas offrir seraient les parfums et les chaussures, car une superstition annonce la fin du couple si l’un finit ou si l’autre s’abîme. Mais finalement, on offre généralement ce que l’on veut à son partenaire », explique Jocelyne Kouassi, secrétaire. Pour d’autres, le plus important semble être le coût du cadeau reçu et la facture totale de la soirée, permettant ainsi à certaines femmes de se vanter dès le lendemain auprès des collègues, explique Paul N’Drin, doctorant en sociologie.

Les célibataires aussi « On organise une fête entre copines », nous confie Christelle. « Ce n’est pas parce qu’on n’est pas en couple, qu’on va se morfondre », renchérit Aboubacar, qui lui aussi passera la soirée avec ses amis. « L’essentiel n’est-il pas d’être avec ceux qu’on aime ? », conclut-il.

Benoit TANOH

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 08/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel