Cacao : Production et fuites en hausse

Même si elle produit plus de deux fois la quantité de fèves de cacao que son voisin le Ghana, la Côte d’Ivoire devra revoir sa politique de prix.

Frappé de plein fouet par la chute des cours mondiaux, doublée de la fuite d’une partie de sa production vers le rival ghanéen, le premier producteur mondial de fèves peut souffler un petit peu, si l’on en croit les chiffres publiés le week end dernier par l’ICCO.

Les paysans et le gouvernement ivoirien peuvent pousser un léger ouf de soulagement avec la publication le 3 septembre du 3è rapport trimestriel de statistiques, sur la base de données obtenues début août par l'Organisation internationale du cacao (ICCO). La tendance haussière devrait se confirmer et le marché, malgré la chute des cours.

Double croissance Selon l’ICCO, il devrait y avoir plus de cacao produit et plus de cacao consommé sur la campagne 2016 / 2017, qui s’achève fin septembre, contrairement aux prévisions. L'organisation a revu à la hausse de 30 000 tonnes la production ivoirienne, qui devrait atteindre le chiffre record de 2,01 millions de tonnes (Mt) contre 1,581 Mt en 2015 /2016. La consommation mondiale, quant à elle, estimée à environ 4 millions de tonnes l’an dernier, serait aussi en hausse par rapport aux estimations de juin et de 3,7% supérieure à celle de 2015 /2016, « sans doute grâce aux prix en baisse ». La capacité de broyage en Côte d’Ivoire devrait augmenter de 48 000 t et atteindre 540 000 t, contre 220 000 t chez le N°2 mondial, le Ghana, qui a entrepris, début 2017, un vaste programme de rénovation de ses usines de transformation ainsi qu’une grande campagne de promotion de la consommation de chocolat auprès de sa population.

Concurrence déloyale Les paysans ivoiriens ne pourront toutefois pas jouir de toutes les retombées de cette surproduction et l’État non plus. Selon l’ICCO, 400 000 tonnes, soit 20% de la production annuelle, pourraient prendre le chemin des ports du voisin ghanéen. En août dernier, le Ghana indiquait que pour la campagne qui s’ouvre le 1er octobre prochain, il maintiendrait à 1 000 francs CFA le kilogramme son prix bords champs. La Côte d’Ivoire, où le prix pour la petite campagne a été fixé à 700 francs CFA, ne devrait pas, selon des spécialistes de la filière, excéder la barre de 800 francs CFA bords champs. Tout en refusant de réduire les paiements aux agriculteurs après la chute des prix internationaux, Accra traduit ainsi son approche différente et conflictuelle avec Abidjan, commente un fonctionnaire du Conseil café cacao. Selon les prévisions de l’ICCO,  les exportations de la Côte d’Ivoire plafonneront à 1,98 million de tonnes, tandis que le Ghana tablera sur 950.000 tonnes, un record pour ce pays.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 19/04/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Libérez la parole !

Libérez la parole ! La parole libère, dit l’adage, et, de plus en plus, les Ivoiriens la demandent. Non pas seulement sur les réseaux sociaux ou dans les bureaux et ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité