Ange Doué, autodidacte et entrepreneur agricole 

Dans les rues de Bangolo et les villages environnants Ange Danol Doué ne passe pas inaperçue. Cette jeune fille d’un peu plus de 30 ans, amoureuse des métiers de la terre et de l’art culinaire, a réussi à se faire un nom dans cette région de la Côte d’Ivoire et dans un domaine traditionnellement réservé aux hommes.

Ses domaines de prédilections sont la commercialisation de produits de rentes et de l’élevage. Des activités qu’elle exerce à plein temps depuis 2010 grâce à la perche que lui a tendu une coopérative agricole spécialisé dans la collecte et la vente du café et du cacao à Duékoué qui l’avait recrutée comme agent commerciale. C’est le début de l’aventure pour celle qui était auparavant vendeuses de chaussures et d’autres articles divers.

Dégourdie et entreprenante, Ange Doué a du interrompre ses études très vite suite aux difficultés financières de ses géniteurs. Loin de se laisser abattre par ce coup du sort, la jeune fille se jette dans la bataille de la vie en s’adonnant aux choses qui la passionnent comme la cuisine traditionnelle. Ses premières idées d’entreprises iront naturellement vers le domaine de la restauration. Soucieuse de bien faire les choses elle ira perfectionner ses connaissances culinaires dans un établissement hôtelier avec pour secret dessein de s’offrir un restaurant à la fin de sa formation. Mais les choses ne se passeront pas comme prévues et elle se retrouve à arpenter les rues des quartiers et campements de Bangolo en quête de nouveaux adhérents à la coopérative agricole qui l’employait à l’époque.  Une mission qu’elle réussit avec brio d’autant plus que le nombre des membres de la coopérative va connaitre une croissance rapide sous son impulsion. 

Ayant pris gout aux métiers « Ange Café-cacao » décide de devenir autonome et créé ses propres plantations et se lance dans l’élevage. Propriétaire aujourd’hui d’une cacaoyère de 4 hectares et d’une ferme avicole de plusieurs milliers de têtes et d’un restaurant, Ange Doué envisage de construire un port sec de produits vivriers dans l’ouest de la Côte d’Ivoire afin d’accroitre l’autonomisation des femmes dans la région du Guémon.

Malick SANGARÉ

 

 

 

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/10/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité