Raissa Banhoro, le numérique au service de l’alphabétisation

Les développeurs d’application sont très en vogue en ce moment sur le continent et chacun y va de son ingéniosité pour proposer des solutions innovantes. En Côte d’Ivoire, Raissa Banhoro tente de faire baisser la courbe de l’analphabétisme chez les filles avec l’application « Lucie ».

Raissa Banhoro est un nom qui résonne avec fort écho dans le monde très select des développeurs d’applications web en Afrique. Ingénieur en sciences informatiques, elle a remporté le prix de la meilleure développeuse web de Côte d’Ivoire en 2015, puis raflé le premier prix du Hackaton régional en Égypte en 2016 et le prix RFI Challenge App en 2017. Une série de consécrations qui l’a propulsée au-devant des scènes et qui a contribué à mettre en lumière « Lucie » (Leçon unique conçue pour l’innovation dans l’enseignement). Cette application mobile didactique, Raissa Banhoro y travaille depuis 2015. Elle vise à apporter « les rudiments d’une alphabétisation réussie aux femmes, en particulier, en leur permettant d’acquérir de bonnes pratiques dans leurs activités quotidiennes », explique-t-elle.

Disponible depuis la fin de l’année 2017, « Lucie » est dotée d’une technique d’alphabétisation qui s’adapte aux profils et aux besoins de ses utilisatrices, avec plusieurs modules de cours avec assistance vocale, ce qui permet aux usagères de s’y repérer sans grandes difficultés. Avec le système d’évaluation inclus dans l’application, les développeurs ont la possibilité de suivre la progression des apprenantes et leur envoyer via sms des messages d’encouragement. Les services de « Lucie » sont gratuits en partie. Pour les modules avancés, les utilisateurs devront débourser environ 500 francs CFA par mois.

La mise à disposition de cet outil d’éducation n’a pas été de tout repos, révèle sa créatrice. Il a fallu dans un premier temps « mettre l’application sur les différents stores de téléchargements, puis demander aux personnes lettrées de télécharger l’application pour leurs proches qui n’ont pas eu la chance d’être scolarisés et d’en assurer la mise à jour régulière ». Des difficultés de démarrage qui n’ont pas ébranlé la foi de la « Geekette » en son application.

Malick SANGARÉ

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/10/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité