Nous accompagnons les pme jusqu'à 1,2 milliard

La Côte d’Ivoire absorbe près de 50% des crédits du Fonds africain de garantie accordés aux Petites et moyennes entreprises (PME) en Afrique de l’Ouest, selon le directeur financier de l’institution, Jules Ngankam, dans une interview à JDA.

Quel est le portefeuille alloué par votre institution à la Côte d’Ivoire ?

Notre métier, c’est de donner des garanties aux banques afin qu’elles puissent faire le plus de prêts aux PME. Nous sommes présents dans 33 pays et la plus grosse partie de notre portefeuille est en Afrique de l’Ouest, qui représente à peu près 49% de notre budget. En Côte d’Ivoire, le portefeuille est de 250 millions de dollars, soit 50% des appuis dans cette région.
À combien s’élèvent les fonds de garanties accordés aux PME ivoiriennes en 2015 ?

La garantie en Côte d’Ivoire en 2015, c’est à peu près 50 millions de dollars, soit près de 30 milliards de Fcfa. Les banques avec qui nous travaillons, sont entre autres, BGFI, Banque Atlantique, Ecobank et l’un de nos plus gros deals a été fait avec la Banque nationale d’investissement (BNI), pour environ 6 milliards.
Combien d’entreprises ivoiriennes ont donc bénéficié de cette garantie ?

Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, c’est à peu près 130 Petites et moyennes entreprises qui ont bénéficié de notre garantie. Les prêts déboursés sont de l’ordre de 30 milliards de francs CFA.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l’apport des garanties aux PME ?

La plus grosse difficulté, c’est au niveau du montage des dossiers. Je pense que les PME ont besoin d’être accompagnées pour pouvoir les monter correctement. Parfois, elles ont des projets assez intéressants, mais dans ces entreprises de petites tailles, le directeur général s’occupe souvent en même temps des finances, du marketing et des ressources humaines, sans être spécialiste, résultat, les dossiers ne sont pas bons.
Que faites-vous à ce niveau ?

Au Fonds africain de garantie, on fait de l’assistance technique pour les PME. Les PME qui ont besoin d’accéder aux financements, parfois, ne sont même pas prêtes à bien gérer ce financement et à en faire la demande, c’est dans ce cadre que nous les aidons à monter les projets de financement et les accompagnons aussi dans la gestion de ces fonds.
Les fonds accordés varient dans quelles tranches et quels sont les secteurs ciblés ?

Le fonds est prêt à accompagner tout secteur non prohibé, et les montants vont jusqu’à 1,2 milliard de francs CFA.

Patrice ALLÉGBÉ

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel