Audiovisuel : Regards vers l’avenir économique

Pour la sixième fois, les acteurs de l’audiovisuel vont se réunir à Abidjan. Une édition axée sur le modèle économique et le financement d’un secteur en pleine mutation et de plus en plus diversifié.

Les acteurs de l’audiovisuel se réuniront à Abidjan du 29 au 31 mai 2019 pour discuter de l’avenir financier et économique du secteur. Ce sera pour la sixième édition du DISCOP. La formation, le financement, la régulation et la conception des modèles économiques seront évoqués. Ensuite, en fonction des perspectives, des opportunités et des difficultés identifiées, les différents acteurs essaieront de rédiger une feuille de route.

Avec en toile de fond les attentes et les modes de consommation d’une population jeune, dont 91% regarde en moyenne 3,7 chaines de télévision par jour pendant une durée de plus de quatre heures. Plus de 600 délégués représentant les forces vives de la production, de la diffusion et de la distribution de contenus en Afrique sub-saharienne francophone sont attendus cette année à Abidjan. Parmi eux, plus de 200 acheteurs de contenus audiovisuels, qui représentent des chaînes publiques et privées, des opérateurs d’offres de télévision payante et à la demande et des sociétés de télécommunications, qui placent aujourd’hui, de manière unanime, le contenu « Made in Africa » au cœur de leurs grilles de programmes. La libéralisation de l’espace audiovisuel, le passage à la TNT, les progrès de la connectivité, la démocratisation de la bande passante, les nouvelles règlementations et l’intérêt croissant du reste du monde pour l’Afrique sont quelques raisons ayant motivé l’organisation de la rencontre, selon Bernard Azria, fondateur de Côte Ouest Audiovisuel, à l’origine de l’organisation de cette réunion. En parallèle au marché, un programme de conférences fera la lumière sur les innombrables opportunités que ce formidable espace de création qu’est l’Afrique subsaharienne francophone offre au monde de l’audiovisuel. Car le marché de l’Afrique Francophone est prometteur. 22 pays d’Afrique sub-saharienne parlent le français et le nombre de chaines à destination des audiences francophones a bondi depuis cinq ans, même si le passage au numérique est en retard, notamment dans le pays hôte du DISCOP. L’apparition d’une classe moyenne de plus en plus importante, un accès plus abordable à l’internet haut débit, la prolifération des smartphones et l’ouverture de salles de cinéma promettent un bel avenir à la consommation audiovisuelle multi-écrans. Les offres de contenus locaux ne cessent de s’étoffer et les productions d’Afrique Francophone ont plus la cote que jamais.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 22/10/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité