Filets Sociaux : Quel impact pour la population ?

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de protection sociale adoptée en mai 2014, le Projet filets sociaux productifs a été initié. Depuis son lancement en 2015, comment se porte cette opération, à deux ans de l’échéance prévue ?

C’est une contribution à la réduction de la pauvreté. Voilà ce que les Ivoiriens doivent retenir du Projet filets sociaux productifs (PFSP),selon la structure coordinatrice du projet. Lancé en 2015 avec une phase pilote, cet ambitieux programme, financé par la Banque mondiale à hauteur de 25 milliards de francs CFA pour 5 ans (avec un apport additionnel estimé à 50 autres milliards), cible uniquement  les populations pauvres en milieu rural, grâce  à un apport financier de 36 000 francs CFA tous les trois mois, avec pour objectif d’améliorer les revenus des familles.

Bilan mitigé  « Nous avons achevé la phase pilote en 2017. Elle concernait 5 000 ménages choisis dans les milieux ruraux. Cette étape s’est très bien déroulée et a consisté à octroyer par transfert électronique la somme de 36 000 francs aux personnes sélectionnées », explique Yamoussa Bakayoko, responsable  communication de la direction coordonnatrice des filets sociaux. Après cette étape, note-t-il, la deuxième a aussitôt été lancée. Elle concerne 35 000 ménages qui  recevront trimestriellement 36 000 francs CFA jusqu’en 2020. Pour effectuer la sélection, Kipeya Koné, le Coordonnateur du PFSP a expliqué le travail qu’il a fallu abattre en amont. L’Institut national de statistique (INS) a enquêté sur 92 640 ménages, parmi lesquels 73 576 étaient éligibles. C’est dans ce lot que le PFSP a sélectionné les 35 000 ménages de la phase 2, en sillonnant 540 villages. Si cette étape se déroule bien, beaucoup s’interrogent sur la consistance de l’allocation octroyée trimestriellement aux bénéficiaires. Pour Bakayoko Yamoussa, il s’agit d’un projet qui contribue à réduire la pauvreté. « Il est prévu d l’élargir au fur et à mesure à un plus grand nombre de personnes. Les allocations trimestrielles actuelles, ainsi que le projet dans son ensemble, feront l’objet d’une évaluation très prochainement », fait savoir M. Bakayoko. Les résultats sur le terrain sont satisfaisants, d’après le PFSP. Dans plusieurs villages, par exemple, de bonnes pratiques d’inclusion sociale et productive ont été développées par certains bénéficiaires après les premiers paiements. Il s’agit, entre autres, de la constitution en associations ou coopératives agricoles et de la création ou de l’agrandissement de champs ou de fermes avicoles et porcheries.

Raphaël TANOH

 

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel