Finance islamique : La Côte d’Ivoire va rembourser ses dettes

L’État de Côte d’Ivoire, à travers le Trésor public, va procéder le 28 décembre 2019 au paiement de la marge semestrielle et au remboursement partiel de son emprunt islamique Sukuk État de Côte d’Ivoire 5,15% 2015 – 2020, pour un montant global net d’impôts de 16,315 milliards de francs CFA. La Côte d’Ivoire avait, du 20 novembre au 21 décembre 2015, levé sur le marché financier de l’Union monétaire ouest africaine (UEMOA), par appel public à l’épargne, 150 milliards de francs CFA, adossés à des actifs compatibles avec les principes de la finance islamique. Cette opération, pour rappel, avait été menée en collaboration avec la Société islamique pour le développement du secteur privé (SID), en qualité d’arrangeur principal. L’opération a rencontré un franc succès, avec 15 millions de titres souscrits aussi bien par des institutions et des sociétés que des particuliers. Le montant récolté, selon le gouvernement de Côte d’Ivoire, avait pour objectif de financer des projets de développement économiques et sociaux. Le montant d’une obligation islamique était fixé à 10 000 francs CFA, avec une date de jouissance des titres fixée au 28 décembre 2015. La marge de profit annuel, qui remplace l’intérêt classique, prohibé par la charia, était fixée à 5,75% et payable semestriellement. L’émetteur a jusqu’à ici respecté l’ensemble de ses engagements vis-à-vis des investisseurs. Notons que les obligations islamiques constituent une énorme opportunité de placement pour les investisseurs africains et, par ricochet, de financement des économies des pays membres de l’UEMOA.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 28/05/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’après coronavirus

La crise inédite résultant de la pandémie du coronavirus devrait inciter les acteurs du monde globalisé à jeter les bases d’un « nouvel ordre mondial &ra...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité