BafétéguéKamagaté, l’artisan écolo

En plus des pneus usés, Bafétégué Kamagaté s’essaie à la bijouterie en recyclant certains objets.

Il a fait de l’éco-entrepreneuriat sa marque de fabrique et commence à faire tache d’huile en Côte d’Ivoire. BafétéguéKamagaté a un dada, aller dans les rues récupérer nos objets abandonnés et les ramener dans nos maisons sous une forme valorisée.

Son petit atelier de Yopougon ne désemplit pas depuis que ses œuvres ont été rendues visibles par les nombreux partages de ses amis sur les réseaux. Clients, curieux et même autorités, comme la ministre de l’Environnement et de la salubrité Anne Désirée Ouloto sont allés en pèlerinage dans l’antre de KazonatureDié, le nom sous lequel il signe ses créations, pour découvrir cet artisan autodidacte amoureux de la nature.

Recyclage Bafétégué n’a pas eu l’opportunité de faire de longues études. Après un parcours scolaire interrompu au CM2, il s’intéresse à la photographie et devient technicien de laboratoire. En 2007, alors que le numérique prend de plus en plus de place en Côte d’Ivoire, il sent la menace planer sur son métier et décide de changer de cap. Soucieux de son environnement, qu’il aime voir sain, il se met à faire du recyclage de bidons, bouteilles et pneus usagés, avec lesquels il fabrique des outils et des meubles en tous genres. Ce qui n’était pour lui qu’un passe-temps prend très vite la forme d’un métier, qu’il s’emploie à développer. Avec deux ouvriers, il produit en chaine des meubles d’intérieur et des salons complets, dans un design original, avec des pneus usés. Des créations qui, aux dires de l’artisan, vont du bas de gamme au plus luxueux, avec des prix adaptés à chaque catégorie.

La notoriété aidant, Kamagaté, 32 ans, commence à se sentir à l’étroit dans son atelier actuel et rêve d’un espace plus grand, où il pourrait employer plus de personnes et donner libre cours à son génie créateur. Pouvoir exporter ses produits lui tient également à cœur, au vu des sollicitations de plus en plus nombreuses qu’il reçoit de l’étranger. En attendant d’en arriver à cette étape, l’artisan écolo continue à collecter et à transformer tout ce qui peut être recyclé autour de lui.

 

Malick SANGARÉ

 

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 24/05/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Plaidoyer pour nos hôpitaux !

Alors que cette semaine nous nous intéressons à la politique des soins gratuits, la mort d’une enseignante à l’hôpital de la commune de Koumassi est venue remett...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité