Mara Marville Le marketing de la beauté dans la peau

L’un des défis de Marina Marâ Marville, c’est de continuer à offrir des espaces pour la femme africaine actuelle.

Elle a tout de suite compris que la cosmétique représentait un marché porteur sur le continent africain. Depuis 12 ans, l’antillaise Marina Marâ Marville s’y investit. Avec une certaine réussite.

Abidjan, avec sa classe moyenne, ses multinationales et ses centres commerciaux représente une plateforme pour se lancer à la conquête du marché des produits capillaires et des soins du corps. Une conviction que Marina Marâ Marville, titulaire de plusieurs formations dans le domaine du management et du marketing, s’est faite après avoir voyagé dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest. Du 10 au 12 février dernier, elle a organisé pour la seconde fois à Abidjan l’événement Beauty Color Africa, un salon international de la cosmétique et de la beauté.    

Beauté ethnique Douze ans déjà que cette française originaire des Antilles est convaincue de « l’importance du marché de la cosmétique sur le continent africain ». Aujourd’hui, directrice du groupe de communication Marâ & Associés, elle révèle avoir commencé en créant et développant le salon Boucles d’ébène de 2004 à 2007, puis d’autres salons, dont Afro Attitude et le Marché de Noël Tropical en 2009. Marina, qui se présente elle-même comme une experte du marketing multiculturel, affirme avoir eu la chance de débuter à 19 ans dans une société américaine, dirigé des équipes de près de 100 personnes, et lancé des concepts marketing inédits. Quoique régulièrement sous les feux de la rampe, cette femme de 40 ans se révèle très discrète. Sur sa fiche entreprise ont lit seulement que son groupe, qui a démarré ses activités en 2013 avec un capital 10 000 euros (environ 6,5 millions de francs CFA), ne compte qu’un collaborateur. Sans indication aucune du chiffre d’affaires. Lorsqu’elle accepte de dire un mot sur sa vie d’entrepreneur c’est juste pour confier : « J’ai eu la chance d’être souvent soutenue par des investisseurs importants ou par des groupes internationaux… Et de réunir plus de 300 000 visiteurs en plus de 10 ans ». Cela dit, Marina qui avoue rencontrer des difficultés dans la gestion de ses affaires, affirme qu’elle garde intact ses ambitions de départ : « J’ai toujours envie que les choses aillent vite et je vois toujours grand, et je me dis souvent que mes seules limites sont celles que je me fixe ! ».

Benoit TANOH

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel