Vers un fond de garantie dédié aux PME

Souleymane Diarrassouba a conçu ce projet pour pousser à la professionnalisation des PME ivoiriennes.

Mandatés par le ministère du commerce, des experts du secteur bancaire et des petites et moyennes entreprises ont finalisé le 21 novembre un avant-projet pour la mise en place du premier fonds public de garantie dédié aux PME.

L’objectif est de renforcer le rôle-clé du secteur privé pour une croissance économique forte et inclusive, avec une forte implication des Petites et moyennes entreprises (PME). Représentant 80% du total des sociétés, elles ne contribuent au PIB que pour moins de 20%, selon les données officielles, à cause de difficultés d’accès à des financements et services bancaires adaptés.

Booster les PME Le dispositif s’articule autour d’un fonds de garantie et d’une société de gestion au capital social réparti entre l’État, les organisations patronales, les banques, les mutuelles, les sociétés d’assurances et de prévoyance et les institutions financières internationales. Il devrait inciter les PME à intégrer le secteur formel et à mieux contribuer à l’effort fiscal, selon le ministre du Commerce et des PME, Souleymane Diarassouba. Le fonds, disponible dès 2018, s’élèvera à 30 milliards de francs CFA, alors qu’on estimait, début 2017, les besoins en financement des PME à 3 600 milliards de francs CFA. Les engagements de financement des établissements bancaires et financiers, dans le cadre de l’initiative « La finance s’engage », ne représentaient que le tiers de ce montant.  « Il y a eu beaucoup de projets dans ce sens qui n’ont pas abouti. C’est la première fois que nous, ministère en charge des PME, nous engageons pour accompagner efficacement les PME dans leur quête de financement », a indiqué AïssataDoukouré, Directrice en charge de la compétitivité et du développement des PME au ministère.

Transparence Afin de rassurer les PME relativement à la société de gestion de ce fonds de garantie, le capital étant morcelé, avec la probabilité de voir l’État être le plus gros actionnaire, les experts précisent que la société sera soumise aux règles de gestions des sociétés privées. Les précautions prises pour réduire le risque d’ingérence de l’État, notamment avec un administrateur nommé par le comité de gestion, devraient contribuer à plus de transparence et instaurer la confiance chez les PME et autres acteurs. Une clause par laquelle le ministre Souleymane Diarassouba a engagé le gouvernement ivoirien, dont le rôle se limitera à accompagner le fonds de garantie.

Ouakaltio Ouattara

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 19/07/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité