Résilience : Les entreprises ivoiriennes à rude épreuve

L’onde de choc de l’infection à coronavirus, qui a contraint les États à mettre en place des mesures drastiques de confinement des populations, a plongé l’économie mondiale dans une crise sans précédent. Combien de temps ces mesures pourront-elles être mises en œuvre sans compromettre durablement la survie des entreprises ?

Selon une étude du cabinet Edane, fondée sur les données financières d’environ 10 500 entreprises ivoiriennes, desquelles a été extrait un échantillon de 5 499 sociétés représentatives de l’économie pour déterminer leur durée de résilience face à la crise, les entreprises ivoiriennes sont violemment frappées.

Survivre La résilience financière médiane des entreprises ivoiriennes est de 35 jours, conclut cette étude. Autrement dit, 50% des entreprises risquent la faillite au bout de seulement 35 jours en cas d’arrêt complet des entrées de liquidités. Un quart des entreprises pourra survivre au-delà de 83 jours en se servant des réserves de trésorerie. Entre temps, 25% auront mis la clé sous le paillasson au bout de 10 jours. Cette étude note par ailleurs qu’il existe une forte disparité sectorielle dans la résilience financière des entreprises. L’écart de résilience entre le secteur du Commerce (43 jours de résilience) et celui de l’Industrie est de 22 jours en défaveur de ce dernier. Le secteur du Commerce regroupe principalement les activités de gros et de détail, les hôtels - restaurants, les pharmacies, les ventes de véhicules et de pièces détachées, etc. Les industries à fort apport en capitaux ne bénéficient pas de la marge de manœuvre qu’offrent les coûts variables dans les secteurs du Commerce et des Services. En cas d’arrêt des entrées de trésorerie en période de crise, le commerçant est réduit au prorata ses charges d’achats de marchandises, tandis que les coûts fixes plus élevés des secteurs Transports et Industrie ne sont pas flexibles. La vulnérabilité aux ruptures de liquidités est une préoccupation majeure, qui touche à la résilience des entreprises. Des résultats qui devraient interpeller les décideurs politiques afin de réexaminer à la lumière des particularités de la structure de l’économie ivoirienne la politique de confinement actuelle, dans une perspective plus équilibrée entre la mort sanitaire due au Covid-19 et la mort économique. L’étude préconise d’ailleurs de privilégier les actions en faveur des PME dans les secteurs à forte intensité de main d’œuvre (Industrie et Services) et avec un apport en capitaux faible.

Yvann AFDAL

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 15/10/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité