Daniel Oulai : Pour agriculture moderne et performante

Daniel Oulai dit avoir toute les chances pour remporter le prix Castel de Solibra

Le secteur de l’agroindustrie attire de plus en plus de jeunes entrepreneurs qui ne tarissent pas d’idées pour apporter une touche de modernité à un domaine longtemps resté dans l’informel. Daniel Oulai s’inscrit dans cette dynamique avec la Grainothèque.

Du haut de ses 29 ans, Daniel Oulai est un passionné d’agriculture biologique, une discipline à laquelle il consacre de nombreuses heures de sa vie et qui lui a valu de remporter de nombreux lauriers de par le monde. Ce jeune « entrepreneur social » comme il se définit lui-même, est titulaire d’un Master Spécialisé en développement agricole et d’une licence en marketing et management.  En 2016, il remporte le prix Entrepreneur vert Afrique francophone,  doté du trophée  Initiative  Climat, à la COP 22 à Marrakech, au Maroc, et le prix des 100 projets pour le climat, puis sera lauréat en 2017 du prix de la  Fondation Tony Elumelu.

« Agri-preneur » Parmi les difficultés auxquelles sont confrontés les agriculteurs ivoiriens, on peut citer « les pertes post récoltes et les problèmes de stockage », qui causent un manque à gagner d’environ 40 à 50%. Une problématique à l’origine de la création de « Grainothèque » en 2016. Cette « entreprise sociale et solidaire, qui veut stimuler l’innovation et la transformation durable de l’agriculture paysanne », aux dires de son fondateur, entend être  pourvoyeuse d’emplois décents pour les jeunes. Avec actuellement 5 personnes à plein temps et une centaine d’autres indirectement, Daniel Oulai voit grand et mobilise des fonds pour « déployer un système d'agriculture intégrée qui permettra à 10 000 jeunes d'être insérés dans les chaines de valeur agricole ». Il peut y arriver. Retenu pour la phase finale du concours Castel de Solibra, afin d’encourager l’esprit entrepreneurial des jeunes ivoiriens dans le secteur agricole et agro-industriel, il a de grandes chances de l’emporter.

Son initiative permettra de faire d’une pierre deux coups : mettre à contribution la main d’œuvre potentielle dans le processus de modernisation de l’agriculture et lutter contre la fuite de la jeunesse, très souvent tentée par l’aventure périlleuse de l’immigration clandestine.

Malick SANGARÉ    

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 17/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité