Caoutchouc : La SIPH sur une pente glissante

La chute des cours de l’Hévéa se poursuit.

Ce n’est pas demain la veille de la relance pour la filière hévéa. Les chiffres continuent de baisser, au grand désespoir des producteurs et de l’ensemble des personnes impliquées dans la chaine.

Face à la crise, la Société internationale de plantations d’hévéa (SIPH) tente de sauver les meubles en  poursuivant en 2019 son programme d’investissement, tant sur les extensions de capacités de traitement que pour le renouvellement et l’extension des plantations détenues en propre par SIPH. Une stratégie validée par ses actionnaires de référence, les groupes SIFCA et Michelin, qui ont accordé à SIPH un financement d’un peu plus de 66,56 milliards de francs CFA (10 millions d’euros) en 2018, sous forme d'avances en compte courant.

Chute La faiblesse des cours mondiaux du caoutchouc a fait chuter de 17,2% le chiffre d’affaire de la SIPH à un peu plus de 185,06 milliards de FCFA (278,3 millions d’euros) en 2018. Cette chute a impacté le chiffre d’affaires de la SIPH, qui recule de 15,5%, à 197,71 milliards de francs CFA (297,4 millions d’euros). Les cours sur les marchés mondiaux se sont établis en 2018 en moyenne à 800 francs CFA le kilo, contre 750 francs en 2017, soit une baisse de plus de 21%. Toutefois, la SIPH note une certaine amélioration des cours depuis le mois de janvier 2019, à environ 850 francs CFA. Même si les prévisions n’augurent pas d’un changement de tendance, elles confirment plutôt la tendance baissière, les actionnaires gardent espoir et souhaitent poursuivent les investissements. Un optimisme qui repose sur le fait que la baisse a été partiellement compensée par une hausse des volumes vendus de 3,9%, à 236,361 milliers de tonnes. La production progresse ainsi de plus 7% par rapport à 2017, à 246,8 milliers de tonnes, avec une hausse des achats extérieurs, qui représentaient 72% de la production totale en 2018. Au premier semestre 2018, les marchés mondiaux montraient une certaine fébrilité, qui s’est confirmée sur toute l’année. Cette mauvaise conjoncture n’a pas permis au groupe de tirer profit, au niveau des ventes, de la hausse de sa production semestrielle de 4%, à 95 000 tonnes. La SIPH exploite plus de quarante mille hectares d'hévéa dans quatre pays en Afrique de l’Ouest, la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Libéria et le Nigéria.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 27/02/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

2020 et alors ?  

Alors que s’égrènent les derniers jours de l’année 2019 et que pointent à l’horizon,  les premières lueurs du très attendu 2020, o...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité