Téléphonie mobile : LPTIC forfait à Abidjan

Après un an de tergiversation, le Lybien LPTiC n’ouvrira pas à Abidjan

La Société libyenne de la Poste, des Télécommunications, de la Technologie et de l’information (LPTIC), qui devait être le quatrième réseau de téléphonie mobile en Côte d’Ivoire, n’ouvrira plus. Face aux conditions imposées par le gouvernement, elle a préféré se retirer

Elle était sensée combler le vide laissé par les sociétés de téléphonie mobile Comium et Green Network. Opérant déjà dans plusieurs pays et dans plusieurs entreprises de télécommunications, Libyan Post, Telecommunications and Information Technology Company (LPTIC) a été choisie le 14 septembre 2016 comme quatrième opérateur mobile. Plus d’un an après, elle n’a pu débuter ces travaux.

Facture salée En 2016, le ministre en charge des Télécommunications prévenait que la survie de cet opérateur nécessiterait des facilités, « mais cela conformément au droit, à l’environnement réglementaire, et sans que cela porte préjudice aux autres opérateurs sur le marché ». Un an après, pas de signal de cet opérateur qui, en plus du coût de la licence évalué à 100 milliards de francs CFA, devait investir environ 150 milliards sur deux ans (2016 - 2017) pour se mettre au niveau des trois premiers acteurs, Orange, MTN et MOOV.  Une condition, a révélé le ministre Bruno Koné, que LPTIC n’a pas été en mesure de remplir. « L’État a donné son accord à une entreprise qui malheureusement n’a pas été en mesure de démarrer ses activités », a déclaré le ministre Koné, s’adressant à la presse lors des Rencontres Africa 2017 le 3 octobre. Le ministre a précisé que la Lybienne LPTIC avait demandé un certain nombre de conditions supplémentaires, que le gouvernement n’a pas souhaité lui donner.

Encore de la place ?  Le gouvernement ivoirien n’en fait plus une obsession. « Nous restons aujourd’hui ouverts pour un 4ème opérateur aux conditions acceptées par le gouvernement » a dit le ministre Bruno Koné, mais sans précipitation, car le « marché peut parfaitement fonctionner avec trois opérateurs. » Auparavant, l’État ivoirien avait retiré leurs licences à quatre « opérateurs jugés défaillants », Café mobile, Comium, Green et Warid. Une situation qui avait occasionné des grincements de dents, tant au niveau des patrons de ces entreprises que des employés. Le gouvernement a tenté de rassurer ces derniers en leur indiquant qu’ils seraient recrutés en priorité et ils n’oublient pas cet engagement. Mais l’avènement d’un quatrième opérateur n’est sûrement pas pour demain.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 16/11/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Rendez-vous manqué !

Le maigre espoir de voir l’équipe nationale en Russie en 2018, lors de la Coupe du monde de football, s’est envolé à la 25ème minute du match contre le Mar...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité