Aboubacar Karim : « L’avenir, c’est l’agriculture »

Aboubacar Karim espère inculquer le goût de l’agriculture aux jeunes générations.

Le succès de la Côte d’Ivoire repose sur l’agriculture, a-t-on coutume de dire. Aboubacar Karim est convaincu que le meilleur pour ce secteur est à venir. Directeur général d’Invetsiv group, il compte être parmi les artisans de cet avenir radieux.

Dans une Côte d’Ivoire où les modèles sont rares, Aboubacar Karim tisse sa toile dans un secteur où il espère servir de boussole aux jeunes de son âge.  Son ambition, « leur montrer que les métiers agricoles peuvent être une solution de choix pour envisager le futur. »  Mais, pour y arriver, il  faut de « l’encadrement » pour que leurs activités soient pérennes.

 

Conseiller agricole « La technologie aura un rôle important dans les années à venir en ce qui concerne l’agriculture et il faudra produire de manière plus intelligente » lance Aboubacar Karim, 21 ans, fondateur et Directeur général depuis janvier 2017 d’Investiv group, une start-up spécialisée dans le Service - conseil agricole. Diplômé en agriculture et en économie agricole de l’Université de Laval en 2016,  avec plusieurs stages, au Conseil Café Cacao (juillet - septembre 2015), puis au ministère de l'Agriculture, des pêcheries et de l'alimentation du Québec (mai - septembre 2016), il se positionne comme un as de l’agriculture. Son expérience a fait de lui un lauréat 2017 du prix Tony Elumelu. Son objectif, confie-t-il, est de « permettre aux producteurs agricoles ivoiriens de mieux connaître leurs terrains, leurs besoins, et d'adapter leurs pratiques de production aux indicateurs appropriés. » Il s’occupe de la gestion d’exploitations agricoles, du diagnostic phytosanitaire, effectué par drone, et de la simulation et de la prévision des récoltes, en utilisant une approche basée sur les nouvelles technologies. «  Nous permettons aux producteurs d’être plus précis dans leur prise de décisions. Nous utilisons des drones pour diagnostiquer les plantations et connaître exactement les superficies des terrains et les besoins en eau et en engrais ». Il caresse le rêve « de faire de la Côte d’Ivoire un pays où l’agriculture ne dépend plus du climat, grâce à la précision. » Mais les défis sont immenses, dans un environnement où les producteurs se tournent de plus en plus vers les cultures maraichères, reconnait-il.

 

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 16/11/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Rendez-vous manqué !

Le maigre espoir de voir l’équipe nationale en Russie en 2018, lors de la Coupe du monde de football, s’est envolé à la 25ème minute du match contre le Mar...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité