Privatisation : la BHCI bientôt en vente

Les ressources de la BHCI ne lui permettaient pas de remplir sa mission.

Enclenché depuis décembre 2013, le processus de privatisation des banques semble arriver à sa fin. La Banque de l’habitat de Cote d’Ivoire (BHCI) devrait bientôt quitter le giron de l’état, dans le cadre d’un processus lancé le 24 octobre.

En lançant le programme de privatisation des banques publiques, le gouverne- ment ivoirien avait pour objectif de réduire de 25% la taille du portefeuille des entreprises publiques et de définir un nou- veau périmètre d’intervention de l’action économique de l’État dans le secteur non marchand et dans le secteur marchand. L’État s’est ainsi retiré des banques BFA, Versus Bank, BIAO-CI (aujourd’hui NSIA Banque) et de la SIB. Les cessions d’actifs publics ont déjà rapporté plus de 44 milliards de francs CFA, et en 2017, le gouvernement mise sur 9,6 milliards. En décembre 2015, le porte-parole du gouvernement Bruno Koné révélait que « pour sauver la BHCI, il fallait lancer sa privatisation, car elle perd beaucoup d’argent.» Plusieurs mois après, le comité de privatisation présidé par Christian Koffi, vient d’annoncer ce lundi 24 octobre, le lancement de l’appel d’offres restreint pour sélectionner un conseil devant piloter la vente de cette banque. Des 55,9 % du capital qu’il détient, l’État de- vrait en céder 51% au secteur privé et 4,9% au personnel de la banque. Les autres actionnaires étant la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), le promoteur immobilier SCI Demack, le groupe de banque- assurance NSIA et l’assureur Somavie.

Faux départ

Bien que le processus de privatisation de la Banque de l’habitat de Côte d’Ivoire (BHCI) soit désormais lancé, le plan de cette opération n’est pas encore dévoilé. Mais selon de bonnes sources, une entrée en bourse n’est pas prévue. L’État ivoirien a par ailleurs démenti le rachat de la BHCI par la Banque de l’habitat de Tunisie, alors que cette dernière avait pourtant, courant septembre, annoncé l’acquisition de la BHCI. « Suite à une opération de désengagement de l’État ivoirien et ses démembrements du capital de la Banque de l’Habitat de Côte d’Ivoire (BHCI), et après accord de son conseil d’administration lors de sa réunion du 30 août 2016, la Banque de l’Habitat de Tunisie s’est positionnée acquéreuse de 349 700 actions, soit 51,6% du capital de la BHCI (…). Le montant de cette opération est de 1,3 milliard de francs CFA », révélait alors son directeur général, Ahmed Rjiba. Une information démentie quelques jours plus tard par Christian Koffi. Avec un capital de 6,7 milliards de francs CFA, en dessous du minimum légal de 10 milliards imposé au sein de la zone UEMOA, la BHCI a maintes fois vu l’État voler à son secours à coups de recapitalisation. Après des investissements infructueux dans d’autres secteurs, cette banque est revenue à son cœur d’activité, à travers le financement d’opérations immobilières en partenariat avec une vingtaine d’opérateurs, pour un financement global d’environ 13 milliards de francs CFA. La BHCI a donc permis à plus de 2 200 Ivoiriens d’accéder à la propriété foncière. Toutefois, elle ne se classe que 18ème sur 23 banques actives en Côte d’Ivoire, avec moins de 2 % de parts de marché, ce qui laisse à penser que les offres d’éventuels repreneurs ne devraient pas atteindre ceux proposés lors des précédentes privatisations.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel