Nouveau terminal du port d'Abidjan : LE BON SITE?

L’agrandissement du PPA se fait sur l’actuel site, au détriment de l’Île Boulay.

Active depuis le 6 octobre 2015, l’entreprise chinoise China Harbour Engineering en charge de l’exécution du projet d’extension du Port autonome d’Abidjan (PAA) n’a semble t’il plus tenu compte du cahier des charges qui faisait de l’Île Boulay le site de construction du deuxième terminal à conteneurs

C’est en 2015 que le grou­pement APM Terminals, Bouygues et Bolloré Afri-ca Logistics a remporté l’appel d’offres pour la gestion du deu­xième terminal à conteneurs, qui devait se situer sur l’Île Boulay. Mais depuis, il semble qu’ils aient préféré construire l’ouvrage sur l’actuel site du Port autonome d’Abidjan (PAA), où s’active China Harbour Engineering. Pourtant, le 10 juillet 2014, un consortium de banques avait signé un prêt d’un montant de 200 millions d’euros (environ 130 milliards de francs CFA) destiné à couvrir une partie des investissements du second terminal à conteneurs sur l’Île Boulay, située à environ 3 km du port d’Abidjan. « Dans un com­muniqué, ces banques, notamment la Société générale de banque en Côte d’Ivoire (SGB-CI), la Banque africaine d’im-port-export (Afreximbank) et la Banque Atlantique, avaient ex-pliqué que cet argent servirait à payer une avance de démarrage et les coûts liés à l'extension du port à l’Île Boulay », selon une source bancaire proche du dossier. En effet, c’est d’une mission de prospec­tion que des experts venus de Singapour et les autori­tés, « craignant l’engorgement et les embouteil­lages au PAA », avaient porté leur choix sur l'île, pour la réalisation du deuxième terminal à conteneurs.

Un choix en questions La déci­sion de faire évoluer le projet pa­rais donc incompréhensible aux yeux de certains, notamment des anciens cadres du port d’Abidjan. Selon l’un d’entre eux, « la conséquence pourrait être la perte de trafic au PAA, dont la capacité est limitée pour accueillir des navires dont la taille a beaucoup progressé ». Or, « avec son tirant d’eau, entre 15 et 16 mètres, l’Île Boulay pouvait en effet régler le problème», affirme un armateur joint sur place. Cer­tains bateaux pourraient être obligés d’aller s’alléger dans un port concurrent, avant de prendre la direction du port d’Abidjan, qui perdrait ainsi en compétitivité.

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel