Isabelle Guessennd : Un capitaine qui tient la barre

Isabelle Guessennd, directice générale de Athena Shipping.

Directrice générale de la société maritime Athena Shipping exerçant dans le secteur de la consignation, la manutention et le transit au Port d’Abidjan, Isabelle Guessennd est une patronne qui sait mener sa barque.

Mon intérêt pour le secteur maritime est né au contact des réalités vécues au cours d’un stage de deux mois effectué en 1982 au Port autonome d’Abidjan. J’ai pressenti à ce moment-là que ma vie professionnelle évoluerait dans le secteur maritime », raconte Isabelle Guessennd. Un sentiment que la suite de sa carrière professionnelle a confirmé, et en 2007, au moment où elle porte sur les fonts baptismaux Athena Shipping, peu de choses lui échappent dans le domaine des activités maritimes et portuaires. Pour avoir fréquenté le milieu des décideurs et de la maind’oeuvre dockers durant plus de deux décennies, elle entreprend avec pragmatisme. À l’image de Guessennd Kouadio, tout-premier officier navigant ivoirien dont elle porte le patronyme, elle se dit qu’avec un capital de 200 millions de francs CFA, elle peut hisser son entreprise au premier rang de son secteur.

Et pour y arriver, elle met à contribution tous les actionnaires de l’entreprise, qui participent à ses côtés au management de la société, dont le nombre de salariés atteint aujourd’hui 83. Mme Guessennd, qui consacre peu de temps aux loisirs, tend vers le meilleur à force de rigueur et de fermeté. Athena Shipping SA caracole en tête des entreprises exerçant dans le secteur de la consignation, de la manutention et du transit, et sa directrice générale est non seulement 1ère vice-présidente de l’Association maritime de Côte d’Ivoire (AMCI), mais aussi patronne de la très influente Fédération maritime de Côte d’Ivoire (FEDERMAR) depuis 2015. «Isabelle décroche rarement le téléphone lorsque le numéro lui est inconnu », souligne un docker parmi la multitude d’ouvriers qui font le pied de grue devant la société chaque jour pour y obtenir un contrat de journalier. Mais à plus de 50 ans, cette métisse née d’un père ivoirien et d’une mère française, ne mise que sur la qualité de la relation avec chacun de ses clients et le souci permanent de leur donner pleinement satisfaction.

Tony NAHOUNOUX

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/01/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

La saison des tangos …

Ils ont tous baissé le ton d’un cran, sans que cela ne soit synonyme d’un abandon des ambitions à quelque deux petites années de l’échéance de 2020...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité