Production : La banane menacée par l’orpaillage clandestin

Selon le Laboratoire national d'appui au développement agricole (Lanada), qui a analysé un échantillon des eaux du fleuve Bandama à la demande de la Société d'études et de développement de la culture bananière (SCB), basée à Tiassalé, « une teneur élevée en mercure et cyanure, métaux lourds (plomb, cadmium, arsenic, cuivre, zinc) » a été mesurée. L’analyse poursuit en indiquant que cela provient de l’exploitation minière clandestine effectuée à proximité de ce fleuve, qui constitue donc une menace pour la production de la banane dessert dans le département et pourrait exposer les populations à des situations dommageables. Des conclusions prises très au sérieux par le Directeur général de la SCB, Dominique Malezieux, qui, en pointant son incapacité à agir, souhaite que « l’État de Côte d'Ivoire prenne des mesures vigoureuses et radicales de manière à faire cesser de manière définitive l'orpaillage clandestin » dans la localité. L’alerte semble concerner toutes les plantations de banane à proximité des zones d’orpaillage clandestin, notamment aux abords du fleuve Comoé, à l’est du pays. C’est d’ailleurs à juste titre que Dominique Malezieux a également alerté le préfet d'Abengourou, où la SCB est également présente, car il y aurait des menaces similaires qui planeraient sur son exploitation au bord de la Comoé. Depuis 2016, la Côte d’Ivoire a ravi la vedette au Cameroun en devenant le premier producteur africain exportateur de banane dessert, avec 360 000 tonnes. Destinée exclusivement au marché européen, c’est environ 80% de la production ivoirienne qui s’y retrouve.

 

 
 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 21/06/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Premier ou troisième mandat ?

Longtemps avant l’élection présidentielle de sortie de crise, en 2010, l’on en connaissait les candidats. Pour celle de 2020, il va falloir patienter. Face aux ambitions dive...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité