Abidjan futur hub du gaz non liquéfiée

Le terminal de regazéification permettra à la Côte d’Ivoire de satisfaire son marché domestique et la sous-région

Exportatrice d’énergie en Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire pourrait bien devenir le premier hub régional d’importation de gaz non liquéfié de la sous-région avec une production de 3 millions de tonnes par an. Un pari gagnable d’ici à la mi-2018.

En  octobre 2016, le gouvernement ivoirien a signé avec le consortium Côte d’Ivoire Gaz non liquéfié (CI-GNL ) dirigé par le français Total, un contrat en vue de développer et d’opérer le terminal de regazéification de ce produit dans le pays. L’accord était un pacte d’actionnaires entre Total (34 %), opérateur du projet, les sociétés nationales PetroCI (11 %) et CI énergies (5 %), SOCAR ( Azerbaidjan, 26 %), Shell (Grande-Bretagne, 13 %), Golar (Hong Kong, 6 %) et EndeavorEnergy , (Etats-Unis, 5 %).
Doper la production D’un montant total estimé entre 120 et 130 millions d’euros soit plus de 85 milliards de francs CFA,  les travaux du terminal de regazéification, devraient débuter en fin juin, début juillet prochain. Selon Togrul Kocharli, un chef de projet chez l’azerbaïdjanais SOCAR, dans une interview  accordée à l’agence Reuters le weekend dernier,  le terminal est destiné « à doper la capacité de production d’énergie de la Côte d’Ivoire, exportatrice majeure d’électricité vers les pays de la sous-région ouest Africaine ». Ce projet, selon le service de communication de Total, prévoit la construction d’une unité flottante de stockage et de regazéification du GNL (FSRU) à Vridi, d’un gazoduc connectant le FSRU aux centrales électriques, existantes et en projet à Abidjan, ainsi qu’aux marchés frontaliers raccordés au réseau ivoirien. Ces réalisations permettront à la Côte d’Ivoire de « devenir le premier hub régional d’importation de GNL d’Afrique de l’Ouest et de couvrir la demande régionale et domestique avec une capacité de 3 millions de tonnes par an.
Le terminal selon les mêmes sources, entrera en service à la mi- 2018 et illustre une stratégie de développer de nouveaux marchés gaziers, en ouvrant aux économies à forte croissance l’accès au marché du GNL. Un travail commun, explique-t-on, entre  les partenaires du projet a permis de mettre au point une offre intégrée compétitive, couplant importations de GNL et infrastructure d’importation, l’unité flottante de stockage et de regazéification. Pour les autorités ivoiriennes en charge de l’énergie, l’on pourra ainsi répondre à la croissance soutenue de la demande domestique et régionale en gaz et en électricité.
Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 06/12/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité