Laeticia Ky, des cheveux qui rapportent gros

C’est une businesswoman atypique qui a fini par éblouir la blogosphère avec son talent et sa passion pour les arts capillaires. Derrière son air de jeune femme engagée se cache une petite industrie de la mode, qu’elle dirige avec dextérité.

Laeticia Ky est une styliste capillaire, comme elle se définit elle-même. Amoureuse des arts visuels et passionnée par la coiffure et les tresses africaines en particulier, qu’elle dit pratiquer « depuis l’âge de 5 ans »,  elle a trouvé dans les réseaux sociaux un puissant moyen de vulgariser ses créations et de se faire connaitre du grand public. Faire de sa passion un métier lui a permis d’être aujourd’hui une jeune femme autonome et pleine d’ambitions pour le futur.

Son crédo : reproduire des figures avec sa chevelure dense, sur un thème de sensibilisation ou de dénonciation d’un fait d’actualité. « Je suis une artiste polyvalente et militante féministe », affirme-t-elle, fière de son sens de l’engagement pour des causes d’intérêt général. Mais Laeticia n’est pas tout le temps « sérieuse ». Ses coiffures abordent des sujets ludiques pour donner encore plus de couleur à ses inspirations et toucher une cible plus diversifiée.

La portée des ses publications, qui deviennent toutes virales sur les réseaux sociaux, lui a donné une notoriété que la créatrice a su transformer en opportunité économique. Sollicitée de toutes parts Laeticia Ky a signé, il y a de cela quelques mois, son premier contrat de commerciale avec le géant américain du complément capillaire Sugar Bear Hair, dont elle est chargé de faire la promotion des produits sur Instagram.

En termes de formation académique, Laeticia a obtenu le bac à 15 ans puis est allée dans une école de commerce, qu’elle quittera au bout de 3 ans pour se consacrer à sa passion. À 21 ans, elle est au sommet de son art et ses prestations se facturent en millions de francs CFA. Les prochains défis ? Lancer sa ligne de vêtements et travailler à l’écriture d’un scénario pour un projet de cinéma dans lequel elle compte mettre en scène une héroïne africaine dont les superpouvoirs viendraient de ses cheveux.

Malick SANGARÉ  

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité