L'électrification rurale sur la bonne voie

Le programme d’électrification rurale vise à améliorer les conditions de vie dans les contrées ivoiriennes.

L’objectif de fournir de l’électricité à toutes les localités ivoiriennes d’au moins 500 habitants à l’horizon 2017 est en passe d’être atteint, grâce à de nombreux programmes, auxquels participent les bailleurs de fonds internationaux.

En Côte d’Ivoire, la capacité de production en électricité se situe autour de 2000 MW, et devrait atteindre 3 000 MW en 2018, puis 4 000 à l’horizon 2020. Pour y arriver, de nombreux projets sont en cours, notamment Ener- gos 1, un programme européen qui consiste à financer les travaux de renforcement et d’extension du réseau de distribution à Abidjan, Bouaké et San-Pédro, et la création d’un nouveau dispatching dans la capitale administrative Yamoussoukro. Ces travaux sont financés à hauteur de 77 milliards de francs CFA par la Banque européenne d’investissement (BEI), comme l’avait rappelé son président, Werner Hoyer, lors de sa visite à Abidjan au siège de Côte d`Ivoire Energies, le lundi 21 novembre.

Projets tout azimut

Energos 1 vient ainsi renforcer le Programme national d’électrification rurale (PRONER), lancé le 13 novembre 2015 dans les régions du Sud Comoé, de l`Indénié-Djuablin, du Gontougo et du Bounkani. À l’occasion, le ministre du Pétrole et de l’Énergie, Adama Toungara, affirmait, enthousiaste, que « le 31 décembre 2015, il n’existera aucune localité de plus de 500 habitants qui n’aura pas été électrifiée dans l’Est de la Côte d’Ivoire ». Un an après, cet objectif n’a pas été atteint. Le 13 juillet dernier, au lancement des travaux de la 3ème édition du Séminaire national de l’énergie (SNE) à Yamoussoukro, le premier responsable du secteur indiquait qu’au niveau de l’accès, le PRONER et le Programme électricité pour tous (PEPT) avaient permis de faire passer le taux de couverture de 33% à 48%, avec 4 126 localités électrifiées à fin 2015, contre 2 847 en 2011, et le taux d’accès à l’électricité de 74% à 80%. Pour aller plus loin, le 16 novembre dernier, le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a accordé un financement de 90,4 milliards de francs CFA à la Côte d’Ivoire pour la construction des lignes de transport en haute tension au départ de la centrale de Soubré, dans la région du Gboklé, vers les villes de San Pedro, région du même nom, Duékoué et Zagné, dans le Guémon. Et les autorités tablent également sur Energos 2, en cours de préparation.

Benoît TANOH

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 10/01/2019
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’Afrique a-t-elle tourné le dos aux putschs ?

Les coups d’État peuvent-il encore prospérer en Afrique ? Si l’armée zimbabwéenne a obtenu par force la démission de Robert Mugabe en 2017, les arch...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink panel bypass shell wso shell evden-eve-nakliyat hacklink satış hacklink paykasa hacklink hacklink satış hacklink panel hacklink al hacklink satis hacklink hacklink Google film izle porno porno izle porno seyret seks hikayeleri evden eve nakliyat istanbul evden eve nakliyat nakliyat nakliye