Lutte contre la corruption : La Côte d’Ivoire progresse Ancre

L’indice de perception de la corruption (IPC) de l’année 2018 dresse un tableau très sombre de l’Afrique. Seuls 8 pays sur 49 enregistrent plus de 43 sur 100 comme note.

Malgré les engagements pris par les dirigeants africains déclarant 2018 Année africaine de la lutte contre la corruption, cela ne s'est pas encore traduit en des progrès concrets. Les Seychelles obtiennent un score de 66 sur 100, ce qui en fait le sommet de la région. Elles sont suivies par le Botswana et le Cap-Vert, avec des scores respectifs de 61 et 57. Au bas de l'indice pour la septième année consécutive, la Somalie marque 10 points, suivie du Soudan du Sud (13) pour compléter les scores les plus bas de la région, indique un rapport de Transparency international publié le 29 janvier.

Un bond La Côte d'Ivoire et le Sénégal figurent, pour la deuxième année consécutive, parmi les principaux agents d'amélioration de l’indice de perception de la corruption (IPC). Au cours des six dernières années, la Côte d'Ivoire est passée de 27 points en 2013 à 35 points en 2018, tandis que le Sénégal est passé de 36 points en 2012 à 45 points en 2018. Ces gains peuvent être attribués aux conséquences positives de la législation, des politiques et des réformes institutionnelles entreprises dans les deux pays, ainsi que la volonté politique dans la lutte contre la corruption manifestée par leurs dirigeants respectifs. L'indice de perception de la corruption de cette année révèle que l'incapacité persistante de la plupart des pays à la contrôler de manière significative contribue à une crise de la démocratie dans le monde. Ce qui pousse Patricia Moreira, Directrice générale de Transparency International, à révéler que « la corruption détruit la démocratie pour créer un cercle vicieux, où elle sape les institutions démocratiques. Puis, à leur tour, les institutions faibles sont moins en mesure de contrôler la corruption ». L’indice, qui classe 180 pays et territoires en fonction du degré perçu de corruption du secteur public par les experts et les hommes d’affaires, utilise une échelle allant de 0 à 100, 0 pour pays hautement corrompu et 100 pour ceux qui sont jugés « très propres ». Plus des deux tiers des pays classés ont un score inférieur à 50 sur l'IPC 2018, avec une moyenne de 43.

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 22/10/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité