Mo Ibrahim : « Renforcer le paysage fragmenté des données en Afrique est essentiel pour atteindre les objectifs de développement »

Les gouvernements et les partenaires africains doivent redoubler d'efforts pour combler les «lacunes en matière de données» dans le suivi des objectifs de développement durable et garantir que l'Agenda 2063 puisse être suivi et mesuré

Le Rapport sur la gouvernance en Afrique, publié aujourd'hui par la Fondation Mo Ibrahim, s'appuie sur des données de l'Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique (IIAG) et présente de nouvelles perspectives sur les progrès accomplis dans la réalisation de l'Agenda 2063 de l'Union africaine (UA). Les objectifs de développement durable des Nations Unies (ONU). Il indique les domaines dans lesquels les efforts politiques peuvent être concentrés pour relever les défis actuels en matière de gouvernance, et souligne qu’il est urgent de combler le «déficit de données» en Afrique afin de garantir l’évaluation des progrès et la résolution des lacunes.

C'est un moment critique alors que l'Afrique se prépare à entrer dans la dernière décennie de l'agenda des ODD 2030 et est à mi-parcours du premier plan de mise en œuvre décennal de l'Agenda 2063.

Les résultats globaux en matière de gouvernance dans le groupe IIAG, l'ensemble de données le plus complet sur la gouvernance en Afrique, indiquent une forte corrélation avec la performance de l'indice des ODD pour l'Afrique, soulignant l'importance d'une bonne gouvernance pour le développement durable en Afrique.

Mise en évidence des domaines prioritaires à traiter.

La qualité de l’éducation doit être abordée. Il est également possible d’aligner l’éducation sur les besoins du marché si les gouvernements et leurs partenaires examinent de plus près les priorités en matière de collaboration active avec le secteur privé, afin d’évaluer les exigences du marché du travail.

Dans le secteur de la santé, une attention particulière devrait être accordée à la disponibilité, à la qualité, à l'accessibilité économique et à la capacité des services de santé, tout en veillant à la sécurité alimentaire.

Pour assurer la prospérité et les perspectives économiques, le rapport indique que les gouvernements et les partenaires devraient envisager de diversifier les économies, d'accélérer les progrès dans les infrastructures - notamment les transports physiques, l'électricité et les TIC - en augmentant les investissements dans le secteur rural et en renforçant l'intégration régionale pour progresser efficacement.

Des corrélations importantes entre les mesures IIAG sont décrites pour aider à créer un environnement plus propice à la réalisation des objectifs de développement. Par exemple, l'accès à l'électricité montre une forte corrélation avec les performances à la fois en santé et en éducation.

De manière cruciale, une image préoccupante des problèmes de données apparaît à travers le continent. Près de la moitié des objectifs de l'Agenda 2063 ne sont pas directement quantifiables et jusqu'à présent, moins de 20% disposent d'un indicateur permettant de mesurer les progrès accomplis. En moyenne, moins de 40% des indicateurs relatifs aux ODD disposent de suffisamment de données pour suivre avec précision les progrès réalisés sur le continent. Le rapport souligne que plus de la moitié des types de sources de données sur les indicateurs de développement durable pour l’Afrique sont l’estimation, la modélisation ou la surveillance mondiale. En particulier, un tiers seulement des sources de données sur les indicateurs de développement durable en Afrique proviennent directement des pays. La capacité de suivre les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement en Afrique est compromise.

Depuis l'adoption des deux programmes, la couverture et la fréquence des données accessibles au public pour les principales catégories de données en Afrique ont diminué. De manière cruciale, l’un des domaines qui a connu, en moyenne, une forte détérioration est la population et les statistiques de l’état civil. En outre, seuls huit pays africains ont un système d'enregistrement des naissances qui couvre 90% ou plus de la population au cours des dix dernières années (2009-2018) et trois pays seulement ont un système d'enregistrement des décès qui couvre 90% ou plus de la population. La rareté de ces données vitales contraste avec la croissance démographique: l'Afrique devrait accueillir 1,68 milliard de personnes d'ici 2030.

Source Fondation Mo Ibrahim

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 27/02/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

2020 et alors ?  

Alors que s’égrènent les derniers jours de l’année 2019 et que pointent à l’horizon,  les premières lueurs du très attendu 2020, o...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité