CACAO : des prix en hausse ?

Le prix bords champs du cacao ne sera nullement impacté par une hausse des cours mondiaux

Frapper par une chute des cours depuis la fin 2016, le prix du cacao au niveau mondial pourrait, selon certaines prévisions, connaitre une hausse, liée à une diminution des stocks en Europe.

Selon la revue annuelle des stocks mondiaux de la fève de cacao, réalisée par un groupe d’expert de l’Organisation internationale du cacao (ICCO), les stocks en Europe marquent une baisse de 51 238 tonnes. Paradoxalement, en Amérique du nord, ils marquent une hausse de 106 000 tonnes.            
Légère embellie ? «Cela contraste fortement avec l’estimation de l’ICCO selon laquelle il y avait un excédent important (335 000 tonnes) durant la saison 2016 - 17 », indique  la banque néerlandaise Rabobank, qui, après calcul, projette que ce changement dans les stocks mondiaux est inférieur à 200 000 tonnes d’augmentation. « La baisse surprenante des stocks en Europe au cours de l’exercice 2016 -  17 est très favorable aux contrats de New York et de Londres », affirme Rabobank, pour qui le contrat de mars à New York devrait progresser et atteindre 2 200 dollars la tonne ( un peu plus de 1 200 000 francs CFA) d’ici à la fin du  premier trimestre 2018, soit une hausse de 10% par rapport au cours  pratiqué en ce moment sur les marchés (un peu plus de 1 100 francs CFA). Une information qui intervient dans un contexte où la Côte d’Ivoire annonce la destruction sur trois ans de près de 10 000 hectares de cacaoyers, touchés par le virus swollen shoot. Selon les chiffres du Centre national de recherche agronomique (CNRA), quelque 300 000 hectares de plantation de cacao sont infectés en Côte d’Ivoire, dont plus de 77 000 hectares dans la seule région du Marahoué, au cœur de la nouvelle « Boucle du cacao ». « Cette annonce, qui n’est pas la première du genre, vise à influencer les cours mondiaux du cacao », croit savoir un trader, qui précise que la destruction de ces champs n’aura que peu d’impact sur la production nationale. De son côté, l’ICCO précise qu’elle maintient son estimation d’un excédent de 335 000 tonnes pour 2016 - 17. En décembre dernier, l’organisation avait révisé à la baisse ses prévisions de stocks de fin de campagne 2017 -  2018. Mais cette hausse des prix, si elle se confirme, ne bénéficiera qu’aux structures étatiques ivoiriennes, au détriment des planteurs, qui devraient espérer voir cette hausse se maintenir jusqu’au mois d’octobre, date de  la campagne intermédiaire.

Fatoumata DOUMBIA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 14/06/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Premier ou troisième mandat ?

Longtemps avant l’élection présidentielle de sortie de crise, en 2010, l’on en connaissait les candidats. Pour celle de 2020, il va falloir patienter. Face aux ambitions dive...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité