CGECI : Jean-Marie Ackah aux commandes pour un nouveau challenge

Jean-Marie Ackah, nouveau président de la CGECI. Son expérience et sa capacité de rassembleur constituent pour lui des atouts majeurs.

Le patronat Ivoirien a décidé de porter à sa tête, Jean-Marie Ackah, Président Directeur Général (PDG) de la Société Ivoirienne de Productions Animales (SIPRA). C’était hier jeudi, lors d’un Conseil d’administration de la Confédération générale des entreprises de Côte d’ivoire (CGECI).

Jean-Marie Ackah, jusque là Vice-président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) est désormais le patron des patrons ivoiriens. Le fondateur et Président Directeur Général (PDG) de la Société ivoirienne de productions animales (Sipra) a soufflé la mise à 21 voix contre 4 pour Alain Kouadio, également vice-président de cette structure, son l’autre prétendant.

Au nombre des atouts qui ont milité en faveur du tout président de la CGECI, son expérience à la tête de l’un des principaux groupe agro-industriels de Côte d’Ivoire, la SIPRA, qui réalise environ 70 milliards de F CFA de chiffre d’affaires. A cela s’ajoute, dit-on, sa capacité à rassembler les plus importantes sociétés du pays.

Jean-Marie Ackah, prendra effectivement la direction des affaires du patronat ivoirien le 25 novembre prochain, au lendemain de l’Assemblée Générale de clôture des comptes 2015. Il pourra, alors, réaliser son ambition à faire de la CGECI le creuset des organisations patronales. Une condition sinequanon pour un nouveau challenge: aller plus loin, dans la  mise en œuvre de la stratégie de développement du secteur privé, basée sur un modèle économique et des réformes favorisant le développement à court, moyen et long termes. Telle que définie par l’atelier organisé par la CGECI au mois d’avril 2010 à Yamoussoukro pour dégager une vision prospective de la Côte d'Ivoire à l'horizon 2040.

L’on s’en souvient, cet atelier s’est donné pour objectif de promouvoir le développement du secteur privé ivoirien à travers la conception et la mise en œuvre d’une vision prospective accompagnée d’une stratégie déterminée pour la croissance et le développement. Cette stratégie portée par le secteur privé se veut à la fois ambitieuse, pragmatique et opérationnelle, résolument inspirée par les opérateurs privés eux-mêmes, en vue de contribuer à créer plus de richesses, à améliorer la qualité de vie et soutenir durablement le développement économique national, puis régional.

 

Benoît TANOH

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 15/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel