Jean-Claude Coulibaly, PrÚsident de lĺUnion nationale des journalistes de C˘te dĺIvoire (UNJCI)

Qu’est-ce qui explique, selon vous, la crise au sein de la presse Ivoirienne ?

Il faut savoir que cette crise ne touche pas que la presse ivoirienne. C’est la presse dans le monde entier qui est en difficulté. Avec la crise sanitaire, les choses se sont tout simplement aggravées.

Que faut-il faire pour sortir les journalistes de ce marasme ?

Il faut faire des propositions. C’est ce que nous avons toujours fait au niveau de l’UNJCI. Nous travaillons, nous organisons des rencontres pour proposer des solutions à l’État. L’une de ces solutions c’est d’augmenter la subvention accordée à la presse. Nous avons parlé de 0,01% du budget de l’État. Nous pensons qu’avec cela la presse pourra souffler. Bien sûr, nous continuerons à travailler pour améliorer le climat.

Ne faut-il pas plus de professionnalisme au niveau des journalistes ?

Bien sûr. Les journalistes sont accusés de manquer de professionnalisme, mais il faut savoir qu’il y a plusieurs situations qui expliquent cela. Notamment la précarité dans le milieu. Il faut corriger cela. Mais, en Côte d’Ivoire, nous avons aussi des organes qui ont été mis en place pour blâmer ou interpeller les débordements dans la presse. Et l’UNJCI n’arrête pas de sensibiliser à ce sujet.

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 17/06/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité