Les chichas gagnent du terrain dans la capitale ivoirienne

Environ 5 000 personnes meurent de tabagisme chaque année en Côte d’Ivoire, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour juguler ce fléau, le gouvernement multiplie les actions, que l’industrie du tabac s’emploie sournoisement à plomber en encourageant une consommation accrue des produits du tabac.

Le 17 juin 2019, le Parlement ivoirien votait sa toute première loi antitabac et s’alignait ainsi sur la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT),  signée en 2002 et ratifiée en 2005. Cette loi venait en complément du décret interdisant la consommation de tabac dans les lieux accueillant du public, ainsi que dans les transports en commun, et organisait la culture, la production, la commercialisation et la publicité du tabac et des produits du tabac. Ces nouvelles dispositions venaient durcir les mesures antitabac dans un contexte d’inquiétude face à la montée en popularité de nouveaux produits, à l’instar des chichas et autres cigarettes électroniques.

Un business très lucratif  Les autorités veulent une bonne application de la loi pour limiter l’entrée des jeunes dans le tabac et détourner les tentatives d’ingérence des industriels du secteur. Ainsi, des contrôles inopinés ont lieu. Les établissements contrevenants encourent des sanctions pécuniaires allant de 50 000 à 250 000 francs CFA, voire la fermeture. Les fumeurs, quant à eux, s’exposent à des amendes allant de 15 000 à 100 000 francs CFA.  Malgré cela, la chicha est devenue un  élément incontournable des soirées dans la capitale ivoirienne. Des Ivoiriens d’une vingtaine ou d’une trentaine d’années s’adonnent à la consommation de chicha en groupe, dans les bars et restaurants, de 18h à minuit. La prévalence tabagique est estimée à 14,5%. Plus inquiétant, chez les 13-15 ans, 19% seraient déjà fumeurs. Cette situation serait à l’origine de plus de 5 000 décès annuels imputables au tabac. Il s’agit là d’une situation, déjà alarmante en soi, qui risque de se retrouver exacerbée par la cote de la chicha et la méconnaissance de ses dangers par ses consommateurs. Pour rappel, une séance de chicha est l’équivalent de 20 à 30 cigarettes en termes de consommation. Un détail que les industriels se gardent bien de mettre en avant. Les arômes sont le principal attrait, ce qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler les liquides pour cigarette électronique. Parmi les fumeurs actuels, la grande majorité fume au quotidien. Officiellement l’on estime à environ 87% la proportion des fumeurs actuels qui fument quotidiennement, contre 13% qui le font de façon occasionnelle. La proportion de femmes qui fument occasionnellement la cigarette est plus élevée (14%) que celle des hommes (13%).

Yvan AFDAL

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 18/05/2023
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Pour les humains et pour la planète

La 27ème édition de la Conférence annuelle des Nations unies sur le Climat, la COP27, s'est ouverte il y a quelques jours à Sharm El Sheikh, en Égypte. ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink Backlinks Checker backlink sales betpas restbet supertotobet mersin escort canlı bahis gaziantep escort Viagra 100 mg fiyat Kamagra Jel fiyat Cialis 20 mg fiyat kalpli sigara marlboro double fusion captain black tekirdağ escort balıkesir escort çanakkale escort

cialis eczane fiyatları

penis sertleştirici ilaçlar ve isimleri

penis sertleştirici hap çeşitleri

degra

lifta

viagra

kamagra jel

cialis fiyat

cialis

viagra fiyat

viagra

Ankara Escort Ä°zmir Escort Antalya Escort Samsun escort Ankara escort Antalya escort