Cacao : Les broyages en hausse sur fond de crise

Sur le bord champ, les prix officiels ne sont toujours pas respectés. Mais au niveau du broyage des fèves, la Côte d’Ivoire enregistre une hausse jamais atteinte depuis 2012.

Le segment de la transformation du cacao résiste plutôt bien à la pandémie du coronavirus. Selon les données du Groupement professionnel des exportateurs de café et de cacao (GEPEX), relayées par Reuters, le volume de fèves transformé s’est établi à 52 000 tonnes en janvier dernier. C'est la première fois depuis 2012 que le broyage mensuel atteint ce niveau en Côte d'Ivoire, battant le récent record de 49 000 tonnes atteint en novembre 2019 et décembre 2020.

Si ce stock marque une légère hausse, de 8% par rapport à l’année dernière à la même période, il représente surtout le plus important niveau enregistré par l’activité depuis 2012, où les broyages avaient atteint mensuellement 49 000 tonnes en moyenne. Au total, entre le 1er octobre 2020 et le 31 janvier dernier, 199 000 tonnes de fèves ont été transformées pour le compte de la campagne 2020 / 2021, contre 191 000 tonnes un an plus tôt. Le pays dispose d’une capacité de broyage de 712 000 tonnes par an. Parmi les principaux transformateurs figurent le Suisse Barry Callebaut, le Singapourien Olam et l’Américain Cargill. Premier producteur mondial de cacao, la Côte d’Ivoire se bat depuis quelques années pour devenir un important acteur dans la transformation. Si avec la Covid-19 des craintes planaient sur le bon déroulement des activités, le secteur a bien démarré 2021. Même si les chiffres restent loin des objectifs fixés, le fait qu’ils grimpent d’année en année est un bon signe pour le premier producteur mondial de la fève. Et cela dans un contexte de plus en plus difficile avec les réformes que les deux premiers producteurs mondiaux (Côte d’Ivoire et Ghana) tentent d’imposer aux industriels occidentaux, qui maintiennent une sorte de pression sur le prix de la fève. De sources proches du Conseil Café - Cacao, plusieurs dispositions ont été prises afin que le pays atteigne son objectif de transformer sur place plus de la moitié de sa production. Ce qui devrait avoir un grand impact sur le prix bord champ, au profit des producteurs, qui chaque année craignent la chute des cours mondiaux et qui n’ont pas été rassurés depuis la crise sanitaire démarrée en mars 2020.

Yvann AFDAL

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 25/02/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité