Coopération transfrontalière : Plus d’investissement dans les collectivités territoriales

La 2ème édition des « Concertations sur la paix, la sécurité et le développement dans les zones frontalières des États membres de l’UEMOA » se tient cette semaine à Korhogo.

L’évènement est organisé par la Commission de l'Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et la Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel (MISAHEL) et bénéficie de l’accompagnement de la Côte d’Ivoire. Les participants représentent les États membres de l’UEMOA et les organisations régionales et continentales. Sont également présents les élus de collectivités territoriales frontalières ainsi que les responsables des organisations faîtières les rassemblant.

Stabilité Ce forum approfondira les concertations organisées à Sikasso en juillet 2019 afin de s’entendre sur les modalités pour renforcer l’action des collectivités territoriales en faveur de la stabilité et la prospérité des zones frontalières. Cette ambition requiert un partenariat efficace entre initiatives économiques, politiques et techniques régionales (CEDEAO, CEEAC, CEN-SAD, CILSS). Elle nécessite un financement continental et régional (BAD, BOAD) pérenne. Son succès dépendra de la capacité à conjuguer dynamisme du secteur privé et saine administration des pouvoirs publics. Il faut transformer les résultats de la « recherche » en interventions dont l’impact est rapide, tangible et stimule un « cercle vertueux ». Pour le Haut Représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel « la gestion inéquitable et non concertée des ressources naturelles (eau, terre et forêts) fragilise le tissu social, grève la gouvernance locale et sape la création de valeur partagée ». Une meilleure « ingénierie sociale » doit faire coïncider les valeurs (respect mutuel, partage) et les outils par un recours au civisme des citoyens et à une gestion administrative simple, efficace et prévisible. Toujours selon lui, il en va de la qualité de vie des citoyens de la région et de la capacité des collectivités à créer de la stabilité et de la prospérité dans un esprit de « partenariat public - privé transfrontalier ». L’ambassadeur Maman Sambo Sidikou qui a salué le leadership de la Zone Économique Spéciale des régions frontalières du « SKBo » (Sikasso, Mali, Korhogo, Côte d’Ivoire et Bobo-Dioulasso, Burkina Faso), créée le 14 mai 2018 à Sikasso, « invite les gouvernements de la région à un effort concerté pour améliorer la gouvernance des ressources naturelles ». Pour « permettre aux populations les plus vulnérables de contribuer à une économie circulaire garante d’une prospérité durable et partagée ».

Ange Stéphanie DJANGONE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 02/12/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité