Axel-Emmanuel Gbaou : Le chocolatier ivoirien

Depuis 2011, Axel-Emmanuel Gbaou, ancien banquier reconverti en chocolatier, fabrique et propose du chocolat « Made in Côte d’Ivoire » aux marchés local et international, grâce à son entreprise, « Le Chocolatier Ivoirien ».

Si la Côte d’Ivoire produit 40% du cacao mondial, peu de fèves sont transformées sur place et la valeur ajoutée échappe bien souvent au pays. C’est pour cela qu’un homme a eu l’idée d’agir en transformant cette matière première importante. Axel-Emmanuel Gbaou a décidé d’offrir au chocolat ivoirien ses propres lettres de noblesse. Héritier de parents ayant été élevés par des missionnaires suisses, Axel-Emmanuel Gbaou a grandi avec le chocolat. Raison pour laquelle devenir artisan chocolatier lui apparaissait comme la première option après sa démission de son poste de banquier en 2010. Mais cela ne se fera pas sur un coup de tête. L’entrepreneur partira d’un constat très simple. Ressortissant du pays premier producteur mondial de cacao, il était incompréhensible et inacceptable pour Axel-Emmanuel Gbaou que les Ivoiriens ne puissent trouver de chocolat Made in Côte d’Ivoire dans leurs rayons. Fort de ce constat, il décidera d’y remédier en offrant à son pays le tout premier chocolat localement transformé.

Amour chocolat Pour atteindre son objectif, Axel-Emmanuel ira se former auprès du chef pâtissier d’un hôtel de la place avec une trentaine d’années de carrière dans le domaine. Une aventure qui fera de lui le champion d’Afrique en chocolat - pâtisserie en 2014. Il va monter par la suite sa propre entreprise de chocolat « Le Chocolatier Ivoirien », et la valoriser à travers des salons d’exposition comme le Salon du chocolat de Paris. Et le succès sera au rendez-vous. Avec seulement neuf employés, les plaquettes de chocolat d’Axel-Emmanuel sont distribuées dans douze pays africains et même par quelques boutiques parisiennes. Cela, il le doit à une bonne organisation ainsi qu’un un constant professionnalisme. Ce talent et ces connaissances, Axel-Emmanuel va également les partager avec d’autres. Le chef d’entreprise a en effet formé 2 000 femmes cultivatrices de cacao à la transformation de la matière première. De cette manière, elles pourront augmenter leurs revenus, jusque-là insuffisants du fait des sommes dérisoires payées par les multinationales étrangères pour se procurer leur cacao. L’engagement local de l’entreprise se traduit aussi dans le design de ses tablettes, inspiré de tissus africains, et dans ses recettes, puisqu’elles sont plus d’une centaine faites à partir de produits africains (piment, gingembre, bissap…). Avec le hashtag #CocoaRevolution, qu’il a lancé, il espère obtenir plus de visibilité sur les réseaux sociaux et permettre aux Africains de bénéficier de cette industrie, qui pèse 100 milliards de dollars mais ne leur profite qu’à hauteur de 3%.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 02/12/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité