Corruption : Les pays africains au rouge

6 des 54 pays africains classés par l’Indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency International ont obtenu des scores supérieurs à 50 / 100. Signe qu’elle continue à régner sur le continent.

L’Ong Transparency International vient de rendre public son dernier classement annuel sur l'Indice de perception de la corruption (IPC) dans le monde. Il classe 180 pays et territoires, dont 54 en Afrique, en fonction du niveau de corruption dans le secteur public, tel qu’il est perçu par les experts et les hommes d’affaires et utilise une échelle de 0 à 100 où 0 correspond à un système très corrompu et 100 à un système très faiblement corrompu.

Peu d’efforts La plupart des pays ont fait peu ou pas de progrès dans la lutte contre la corruption en près d'une décennie, de sorte que plus des 2/3 des pays obtiennent un score inférieur à 50. Seul 6 sur le continent tirent leur épingle du jeu en dépassant la barre des 50 points. Il s’agit des Seychelles (66), du Botswana (60), du Cap-Vert (58), du Rwanda (54), de Maurice (53) et de la Namibie (51).  Au bas de l’indice, on trouve le Soudan (16), la Somalie (12) et le Soudan du Sud (12). Avec un score moyen de 32, l'Afrique subsaharienne est la région la moins performante de l'IPC, affichant peu d'améliorations par rapport aux années précédentes. Même si elle gagne 2 points, la Côte d’Ivoire obtient la note de 36 et se classe 20ème au niveau continental et 104ème au niveau mondial. La Covid-19, selon le rapport, a mis en évidence les lacunes structurelles dans les systèmes nationaux de soins de santé, les risques de corruption associés aux marchés publics et le détournement de fonds d'urgence. Une situation d’ailleurs globale, puisque le rapport souligne que la corruption sape non seulement la réponse sanitaire mondiale à la Covid-19, mais contribue à une crise démocratique continue. Elle détourne les dépenses publiques des services essentiels et les pays aux niveaux de corruption les plus élevés, quel que soit leur développement économique, ont tendance à dépenser moins pour la santé, souligne-t-il. « Les différents signalements montrent que la corruption touche l’ensemble de la réponse à la Covid-19, qu’il s’agisse de l’accès aux tests de dépistage, aux traitements et aux autres services de santé, de la passation des marchés publics de fournitures médicales et de la préparation générale aux situations d’urgence », révèle l’Ong.

Ange Stéphanie DJANGONE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 04/03/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité